Accueil  Calendrier  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 We have all the time we need ft. Casper

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Frost
Peeves
avatar

Voir le profil de l'utilisateur http://thatsthespirit.forumactif.org/t361-i-m-not-jack
PLUS D'INFORMATIONS
MessageSujet: We have all the time we need ft. Casper   Sam 19 Aoû - 20:46

Le temps est imprévisible, lent comme rapide, manquant ou bien trop clément, ce n’est qu’une mesure inventée par et pour l’homme dans le but de régler et organiser ses cycles obligatoires. Il est fort utile, observable parfois, mais surtout ressenti. Et pourtant, peu importe le temps, un bon livre reste inchangé et traverse les âges au détriment de ses auteurs. La question que se posait à présent Frost était : cette notion est-elle le propre de chacun ? À défaut d’obtenir une réponse un jour, il s’est contenté de se réfugier dans les ouvrages qui eux, ne parlent ni ne comprennent cette petite et pourtant si importante règle de vie. Si le temps passait, ce n’était pas de la même façon pour tout le monde.

Aujourd’hui était particulier, c’était ce jour qui avait été choisi pour quelque fois, renflouer les étagères pourtant bien remplies de l’immense bibliothèque. Si d’un commun accord avec le dénommé Casper, le fantôme avait décidé de croiser ses bras en se posant dans l’encadrement pour observer ce travail minutieux s’effectuer, il n’en demeurait pas moins suspect pour sa fainéantise quand l’autre exécutait sans rechigner. Frost n’était pas en mesure d’aider, ce n’était pas son rôle et la seule chose qu’il s’autorisait à faire était essentiellement de ranger les livres qui avaient été désorganisés et s’étaient donc retrouvés perdus parmi d’autres de leurs semblables pourtant bien différents.

Sa mémoire excellente et le plus clair de son temps passé entre les murs de cette bibliothèque avaient suffis à ce qu’il connaisse le moindre recoin par cœur et établisse deux listes entre les bouquins qu’il avait lus et ceux qui n’étaient pas encore passés entre ses doigts. Chaque fois, ce même cirque se déroulait, lui arrachant un bref sourire tandis qu’il regardait l’énorme boite en carton peuplée des nouveaux venus. Allaient-ils s’intégrer ? Frost allait faire en sorte que oui. Il remarqua ce livre, en haut d’une étagère plus haute que lui et que son homologue, ou du moins semblait-il en être un, le saisit et constata qu’il était mal rangé. Loin d’être un contremaître, il le remit à sa place d’origine et recroisa ses bras. Parfois, l’erreur se répétait et il s’exécutait sans mot dire, sans gêner l’hôte. Jusqu’à ce que finalement, il se saisisse de son livre préféré pour l’écraser avec une retenue élégante sur le sommet du crâne de l’autre homme, se dressant derrière lui, son souffle bien trop proche de son dos, malgré un calme olympien et agréable pour son relais avec quelques bruits de pages tournées.

« Lettre C, langues étrangères, policier » dit-il simplement, brisant la glace de sa voix grave et claire, dans un calme tout aussi troublant que celui pourtant paisible de l’atmosphère de la pièce.
Revenir en haut Aller en bas
Casper
Grand manitou
avatar

Voir le profil de l'utilisateur http://thatsthespirit.forumactif.org
PLUS D'INFORMATIONS
MessageSujet: Re: We have all the time we need ft. Casper   Jeu 24 Aoû - 10:31
Les belles lettres font partis de mon passe-temps préféré au sein de l'hôtel et la bibliothèque qui s'y trouve ne peut qu'en témoigner. Des que possible, je m'évertue à trouver, dénicher de nouvelles trouvailles pour ajouter à ces multiples rayonnages vertigineux. Inutile de me demander d'où ils viennent, cela ne regarde personne. L'essentiel dans tout ça est de divertir, d'apporter des choses nouvelles à mes petits protégés que l'hôtel accueille tous les jours.

Aujourd'hui, j'ai encore ramené une boite et le temps me semble bien long à les classer. Je rêvasse. Je me balade dans ce dédale de papier qui me semble sans fin avec mon tas de livres en main. Jj'en connais pourtant les moindres recoins mais j'aime m'y perdre de temps à autres. J'entends qu'il y a du monde aujourd'hui, le plancher craque, on chuchote voir meme on rigole sur les sofas situés non loin de l'entrée de ce sanctuaire. Un sourire fend légèrement mon visage en sentant toute cette "vie" même après la mort alors que je range un rayonnage. Rien ne semble être à sa place malgré tout mes efforts, je soupire avec lassitude en me grattant nerveusement la nuque.
Un, puis deux, puis trois. Désormais je n'ai plus rien en main et cela ne m'empêche nullement de vérifier que tout est en ordre au niveau où je me trouve. Ma langue claque dans ma bouche avec nervosité lorsque je sens comme un poids sur mon crâne. Surpris, je me saisis de l'objet en question avant d'entendre tinter une voix étonnamment plaisante non loin de moi. En un clin d'œil je pivote pour faire face à l'inconnu et reconnaît l'un de mes résidents. Mon sourcil s'arcque légèrement.

- Vous vous trompez. Je ne suis pas le bibliothequaire... juste un bénévole qui passe par là.

Je lache un soupire enchanté et le livre se range rapidement sans mon aide. Lui, il n'a le temps de rien voir si ce n'est que je l'observe. Nerveusement, je me racle la gorge en le détaillant d'un œil presque intéressé. Il est très beau ce mortel. Je lui tends une main ferme qu'il saisit rapidement. Le contact est froid, je peine à retenir un petit rire et me remémore le "nom" de ce jeune homme.

- Frost, c'est exact ?

Sans savoir pourquoi, j'entame une marche étrange pour lui tourner autour comme un félin avec sa proie. Je me souviens l'avoir trouver intriguant plusieurs fois vu son comportement : un homme responsable, profondément à l'aise avec son corps et qui ne cherche même pas à savoir son passé. Mon index glisse sur ma lèvre inférieur suivit rapidement de ma langue, plus je le regarde plus il éveille quelque chose en moi et je ne saurais mettre le doigt dessus.
Revenir en haut Aller en bas
Frost
Peeves
avatar

Voir le profil de l'utilisateur http://thatsthespirit.forumactif.org/t361-i-m-not-jack
PLUS D'INFORMATIONS
MessageSujet: Re: We have all the time we need ft. Casper   Jeu 24 Aoû - 19:39
Une erreur ? Oh non, bien au contraire. Il savait parfaitement à qui il avait à faire, encore que le mystère qui entourait ce dernier restait entier. S’il était curieux, ce n’était qu’à la façon d’un personnage de roman policier, ou de fiction. Il voulait découvrir sans que cela ne soit évident, se laisser surprendre plutôt que d’imaginer une vie à cet étrange jeune homme qui se tenait dorénavant en face de lui. Sa main se saisit de la sienne dans une poigne ferme avant que les présentations ne soient faites, ou plutôt, que le silence soit brisé pour laisser échapper son nom. S’il était surpris, il ne le montra qu’en un micro sourire, croisant ses bras en se souciant peu du livre qu’il avait heurté sans violence le crâne de son vis-à-vis. Pour autant, il nota l’étrangeté de cette seconde d’inattention. Il oublia bien vite, regardant parader le maître des lieux, sans savoir ni son nom ni sa profession au sein de l’établissement. Mais quoi qu’il lui en coutait, c’était tout à fait intéressant de noter qu’il avait précisé n’être pas le bibliothécaire. Il avait acquiescé en guise de réponse à son interlocuteur pour affirmer son surnom, ne restait plus qu’à clarifier la situation. « Je le sais » sans en dire plus, il se laissa tourner autour, laissant son regard balayer les étagères multicolores qui se dressaient fièrement de bois devant lui. Leur contenu, aussi divers que varié dégageait une odeur particulière de colle et de papier vieilli ou de neuf. Quant au silence religieux et à l’absence de monde dans ce recoin de la pièce immense, il était plus que reposant.

Si la mort signifiait la quiétude, alors il avait trouvé son paradis. Mais il avait plus l’impression d’un purgatoire ou d’une salle d’attente tout confort, le temps qu’une décision soit prise ou qu’il se souvienne de qui il est. La mort est aussi douce qu’une caresse, elle est indolore et elle est aux premiers abords si discrète qu’on ne la sent jamais venir, même dans de pénibles circonstances. Il ne se souvenait pas de la sienne, néanmoins, livres et films étaient un bon moyen d’appréhender ce qu’il avait déjà vécu. La douleur vive qui lançait parfois un feu dans toutes ses veines lorsqu’il tentait quelques expériences était elle aussi présente et annonciatrice d’un sommeil profond destiné à réanimer la moindre de ses parcelles endommagées pour lui rappeler son supplice éternel. Il était chanceux, pour l’instant, et il se contentait de cela largement.

L’inconnu restait tel qu’il était, sans nom et Frost n’était pas encore décidé à le lui demander, attendant d’abord qu’il lui soit présenté en quel cas il serait contraint d’user de salive inutilement. Et quand bien même ça ne le gênait pas, puisqu’il n’allait jamais en manquer dans son état, il était avare en paroles, préférant lorgner et faire passer le message plutôt. Ses doigts parcoururent les nouveaux ouvrages, s’attardant sur le dos, tel que s’ils avaient été capables de ressentir, ils en auraient frémi. Délicat, subtil et non dénué de sensualité, il traitait mieux le papier que la moitié de ses semblables, c’était indéniable. Il agrippa de son index la couverture d’un bleu royal orné de quelques lettres d’or, le faisant tanguer dangereusement en titillant la tranche avant de le repositionner pour faire glisser sa main jusqu’au numéro distinctif et y exercer une légère pression. Non, ce ne sera pas son heure cette fois-ci. Il s’attardait, mémorisait en si peu de temps qui lui semblait pourtant figé et retint les quelques ajouts avant de pivoter pour faire face à celui qui les avait gracieusement apportés. « Dommage » dit-il dans un sourire sans donner plus de sens à ses mots. Comme s’il réalisait son impolitesse pourtant calculée, il laissa finalement entendre un « Qui êtes-vous ? » car s’ils s’étaient déjà tournés autour, il avait pu apprendre que ce jeune homme était tout aussi peu patient avec l’humanité qu’il pouvait l’être lui-même. Une passion commune, ou alors un passe-temps, qu’importe, c’est par le pouvoir des mots si délicieusement couchés sur le papier autrefois vierge qu’ils se sont adressés pour la première fois la parole.
Revenir en haut Aller en bas
Casper
Grand manitou
avatar

Voir le profil de l'utilisateur http://thatsthespirit.forumactif.org
PLUS D'INFORMATIONS
MessageSujet: Re: We have all the time we need ft. Casper   Jeu 24 Aoû - 22:15
Avec un calme olympien, je ne cesse de tourner autour de celui qui semble trouver les livres bien plus intéressants que ma personne. Cela étire mes lèvres en un petit sourire alors que je me rapproche de lui discrètement. Il ne semble pas tiquer. Ses yeux dérivent sur les ajouts récents que je viens d’apporter ; ainsi ce serait un mordu de lecture ? Sans doute. Je le suis du coin de l’oeil alors qu’il parcourt les rangées parfaitement organisées de ses phalanges fines. Même dans la réflexion son visage tendu semble des plus attrayant.
Vint le moment que je n’espérais plus : il se tourne enfin vers moi. Il rayonne d’insolence en me faisant face et assez curieusement son intérêt se tourne enfin vers moi. J’hausse un sourcil avec une surprise désinvolte tandis que le dénommé Frost me pose sa première question. Mon nom ?

Un rire filtre entre mes lèvres alors que posément je m’adosse contre les étagères bien remplies. Mon dos ébranle le vieux bois en un grincement peu agréable mais je me décide à ne plus y porter attention.

– Mon nom doit t’être familier. Tout comme mes mains... puisque je suis le premier qui t’a accueilli ici.

Pendant un instant, un silence troublant s’installe entre nous. Non, je n'avais pas oublié. Ce petit matin grisant au souffle froid qui ne présageait rien de bon. J'étais parti me promener dans les jardins à l'aube et lorsque j'étais revenu sur le péron j’avais découvert un de ces petits nouveaux arrivant chaque jour. Il avait une bouille adorable en dépit du froid mordant assaillant ses membres. D’un coup de main rapide je l'avais ramené à l'intérieur. Agonisant entre mes bras il m’avait regardé pour la première fois et cela avait suffit à me troubler. Puis, je l'avais déposé simplement à l’accueil où mes chers employés avaient pris soin de lui. Tant de choses à faire. Tant de problèmes à résoudre. Je n’avais donc pas pu me soucier de ce jeune homme issu de l’hiver.
Le temps avait passé désormais... comment pouvait-il s’en souvenir ? Je romps le silence en avalant ma salive avec aplomb.

– Je me nomme Casper.

Mes pupilles dilatées par cette attirance se développant entre nous glissent sur son corps éloigné du mien. J’inspire. J’expire avec faiblesse. Depuis quand suis-je dis vulnérable ? Serait-ce son regard fier qui me donne de telles envies ? Allez savoir...

– Ravie d’avoir pu te revoir... Frost.

Je prononce son nom alors que ma phrase semblait finir en suspens. Tout en roulant des épaules de façon nonchalante je m’apprête à partir bien vite. Je ne dois pas trop approcher sinon qui sait ce qui pourrait se passer. Pourtant, J’ai cette crampe au ventre qui me retient tandis que je m'éloigne.
Revenir en haut Aller en bas
Frost
Peeves
avatar

Voir le profil de l'utilisateur http://thatsthespirit.forumactif.org/t361-i-m-not-jack
PLUS D'INFORMATIONS
MessageSujet: Re: We have all the time we need ft. Casper   Sam 26 Aoû - 1:45
La patience est une vertu que semble posséder l’inconnu et c’est tout à son honneur de stimuler la curiosité du fantôme, puisque rares étaient les occasions de s’entretenir de la sorte avec ses semblables. La parole était un atout dont il fallait user avec parcimonie, quiconque le comprenait pouvait dès lors intéresser notre homme, qui se contenta de tourner lentement après avoir inspecté les nouveaux ouvrages. Sa demande fut claire et la réponse lente à venir, englobé dans un mystère qu’il essayait de désépaissir sans succès. Non, il ne se souvenait pas, sa mémoire avait beau être performante, elle ne lui permettait pas de recoller les pièces du puzzle, à sa voir sa vie, assez courte, il le devine et ses premiers pas dans les affres de la mort étaient si flous que la pellicule dans sa tête ne pouvait être un bon appui. Sa tête penchée, il ne répliqua rien, croisant ses bras en observant la pose prise par celui qui n’était donc pas bibliothécaire.

Grand, brun, des traits aussi fins que les siens, mais une chaleur différente, encore que celle qui prenait place dans les orbes noires du dénommé Casper ne laissait aucun doute sur son attirance, quelle qu’elle puisse être, amusant fortement Frost. Il n’en dit rien, lui aussi troublé par cette alchimie naturelle, se contentant de l’écouter et de détailler la moindre parcelle à portée de ses yeux, balayant, dévêtissent aucune honte ce corps, pour mieux l’imaginer au-delà du tissu. Il ne s’y attarda pas suffisamment, relevant le nez « Enchanté » dit-il non sans avoir quelques questions plus ou moins pertinentes à son égard. Mais il n’en émit aucune, laissant courir ce malaise au point que l’autre n’en puisse plus et cherche une échappatoire.  Il n’était pas question qu’il l’abandonne, pas cette fois.

C’était intrigant, irritant aussi de savoir qu’il l’avait reconnu, mais que Frost, lui, ne savait rien si ce n’est qu’il venait pour ajouter des livres. Il l’avait souvent observé, d’un coin de la pièce, d’une rangée, d’une table et s’était imaginer ce qu’il pourrait bien lui dire pour l’aborder. Ce n’était pas anodin qu’il ait saisi l’occasion d’un bouquin mal rangé, ça ne l’était pas non plus qu’il cherche à s’enfuir. « D’où viennent-ils ? » furent les mots qu’il laissa entendre de sa voix toujours calme, légèrement précipitée de sorte à retenir l’attention de ce très cher personnage. Il précisa, une fois son interlocuteur capté « Les livres » Ce n’était pas une question que l’on posait habituellement à un inconnu, on demandait des nouvelles, pourquoi diable était-il mort, en avait-il la moindre idée ? Mais non, lui préféra se concentrer sur le présent, n’ayant aucune autre manœuvre, de toute façon, pour retenir un peu plus ce temps si précieux qui voulait se faire la malle. Non, il voulait profiter, entravant le passage en glissant gracieusement sa main, frôlant la joue de l’inconnu pour en extirper un livre dont le dos indiquait « Belle du Seigneur » en lettres blanches sur une couverture noire, simpliste. Il ne faisait que regarder, faire pencher le livre pour mieux se rapprocher de lui, quittant le titre des yeux pour les plonger dans ceux de Casper.
Revenir en haut Aller en bas
Casper
Grand manitou
avatar

Voir le profil de l'utilisateur http://thatsthespirit.forumactif.org
PLUS D'INFORMATIONS
MessageSujet: Re: We have all the time we need ft. Casper   Dim 27 Aoû - 18:33
Avec la paresse d’un chat découragé, je me laisse m’éloigner d’un pas presque trop lent. Le plancher craque, grince comme si il voulait me retenir par ses bruits de vieux bois. Un soupire me fend l’âme alors que je reporte mon regard d’un noir profond sur mes chaussures arpentant les veines sinueuses donnant une teinte ambrée au sol. Les mains dans les poches j’avance toujours nonchalamment jusqu'à ce q’une nouvelle question m’interpelle. Le visage totalement neutre, je pivote sur mes talons pour de nouveau faire face à mon interlocuteur. Mon cerveau découpe, analyse, triture son interrogation dans tous les sens alors que je le vois s’avancer près de moi avec soin. C’est bien le premier à car soucier d’un tel détail, serait-il légèrement différent des autres ? Je n’ai pas le te
Pas d’y penser davantage car Il affine ses propos en parlant d’une voix suave puis vient se camper non loin de moi, la mine profondément calme. Frost serait semble-t-il l’homme le plus serein au monde. 
Voulant faire durer cet instant plus que de raison, je m’enferme dans un silence énigmatique volontaire tout en observant le jeune homme. Sa peau pâle me donnerait presque l’impression que ce n’est que du lait et cette bouche si soigneusement dessiné éveille un appétit coquin en moi ayant disparu depuis plusieurs années. Désormais il est tout près, il s’amuse, joue avec ma patience pour mieux me percer à jour sans doute. Le bref contact de sa main sur ma joue m’électrifie jusqu’au creux de mes reins. Je le sens manipuler un livre doucement et ne peux résister à jeter un œil à l’ouvrage.

Belle du Seigneur...  

Un sourire franc s’installe tandis que je reporte mon attention sur le résident. Mon dos s’installe confortablement contre la bibliothèque, mes bras se croisent sur ma poitrine et bien vite mon regard arpente tous les rayonnages environnant. 

– D’ou cela vient-il ? Désolé mais je ne peux pas réellement te répondre. Dis toi que ce sont des dons que le propriétaire de l’hôtel vous fait.

Tout en penchant ma tête légèrement je dévoila ma nuque au regard assassin du dénommé Frost. Rapidement je reprends ma position initiale et le repousse la seule force  de mon index. Il semble quelque peu surpris de mon geste mais aucun mot ne sort de sa bouche. A la manie d’un prédateur je me colle presque à lui et souffle rapidement quelques mots à deux centimètres de cette barrière délicieuse que forme sa bouche. 

– La curiosité est un vilain défaut. Ne t’approche pas trop... Je ne suis pas bibliothécaire mais je ne suis pas résident pour autant. Gardes tes distances vu ta jolie bouille.

Mon doigt quitte le contact agréable de son vêtement sans que nos regards ne se quittent. J’ai l'impression d’avoir totalement son attention. Pourtant, je ne devrais pas traîné ici... néanmoins je me surprends à rester là à attendre sa réaction avec impatience. Jamais avant je n’avais eu autant envie d’interagir avec un de mes protégés. Lui, c’est bien plus que ça....
Revenir en haut Aller en bas
Frost
Peeves
avatar

Voir le profil de l'utilisateur http://thatsthespirit.forumactif.org/t361-i-m-not-jack
PLUS D'INFORMATIONS
MessageSujet: Re: We have all the time we need ft. Casper   Lun 28 Aoû - 2:26
Il avait réussi, il était parvenu à capter son attention assez pour le retenir. Etait-ce réellement une surprise en lui ayant bloqué l’accès d’une caresse ? Son sourire pourtant discret s’accentuait en voyant celui de l’inconnu naître à son tour. Il prit son temps pour lui répondre, détaillant les traits de son visage autant que Frost lui-même se permettait de le faire, non sans replacer lentement le livre à son côté, effectuant souvent le même petit rituel, comme pour s’imprégner de l’essence même de l’ouvrage. Il écouta patiemment, se laissant guider et bercer par les échos devenus lointains de pages tournées et de quelques toussotements, de celui des livres qui se font récupérer sur les étagères ou refermer sur tout leur poids.

Il bouge, lui offre une vision délectable de cette nuque généreusement offerte pour ancrer ses yeux noirs dans les siens en le repoussant d’un seul doigt. Nul besoin d’appuyer, le voilà déjà en train de reculer pour rétablir une distance de sécurité bien vite enfreinte par l’inconnu. Sa bouche si proche de la sienne souffle un air aussi frais que lui et les mots qui en sortent sonnent comme l’intrigue principale d’un roman policier. Qui est-il ? D’où vient-il ? Si le fantôme mourrait d’envie de savoir, il ne savait que trop bien l’absence de réponse qui ferait écho à ses interrogations. Il se contenta de rester silencieux en acceptant le compliment de ce danger sur pattes qui pour lui présentait plus un défi qu’une réelle contrainte. Il n’avait peur de rien, la mort l’avait déjà cueilli dans la fleur de l’âge, que pouvait-il bien attendre à présent si ce n’est, peut-être un long et douloureux supplice qui le ramènerait ici, dans une réalité altérée où les morts ne côtoient que les morts ? Il n’y avait que deux paliers, il pensait avoir atteint le dernier, espérant avidement qu’il y ait plus à découvrir, mais sans presser le pas.

Ce n’était pas anodin d’être si peu bavard, ça l’était encore moins de vouloir parler à celui qui menace et approfondir l’échange, pourtant, c’était terriblement tentant. « C’est cette curiosité même qui laisse place aux fantasmes que renferment ces livres… seulement je ne suis pas comme tous ces personnages, je me fiche pas mal des questions, en général ce n’est pas moi qui les pose » Non, d’ordinaire, Frost était l’attraction pour son calme, pour ses folies passagères ou pour l’absences de paroles dépourvues de sens. En sommes, il faisait l’effort parce que son interlocuteur était assez digne d’intérêt et différent des siens pour l’y pousser. Ce qu’il n’était pas, il le savait déjà. Sans même qu’il ne l’ait réellement voulu, sa main s’était délicatement affairée à rejoindre le menton du jeune homme, le forçant à cette querelle silencieuse où les poignards glacés qui leurs servaient d’yeux tentaient tant bien que mal de se défaire de l’attraction. « Casper… » laissa-t-il entendre, comme pour découvrir ce prénom qu’il n’avait jamais prononcé et qui lui avait été révélé plus tôt.
Revenir en haut Aller en bas
Casper
Grand manitou
avatar

Voir le profil de l'utilisateur http://thatsthespirit.forumactif.org
PLUS D'INFORMATIONS
MessageSujet: Re: We have all the time we need ft. Casper   Sam 2 Sep - 0:02
Il ne parle pas beaucoup. Ses phrases sont simples et pourtant si énigmatiques, il n'est définitivement pas comme les autres je peux en être certain. Ainsi, comme un serpent à sonnette qu'on hypnotise à l'aide d'une misérable flûte, je me surprends à fixer cet homme avec le plus affolant des désirs. Je venais de le mettre en garde alors pourquoi redoublait-il d'ardeur à mon égard ?
L'espace d'un instant je me perds dans ses prunelles noisettes, dès lors que je reprends mes esprits je perçois sa main fine glissant contre la peau tendue de mon menton. Un mouvement de recule m'anime soudainement, je ne fais qu'un pas en arrière néanmoins cela ne me semble pas suffisant. Un courant vient de me parcourir pour mieux se figer dans le creux qu'est ma poitrine, je porte ma main à mon torse avec peine. Puis vient le moment fatigue ou mon nom coulisse sous la langue séductrice de mon interlocuteur. Cette fois je sens mes muscles brûlés de ce feu nouveau qui est la vie; cela faisait longtemps que je n'avais pas retrouvé cette vieille amie. Inutile de s'attarder davantage là-dessus car malgré tout ce que je tente de faire, malgré cette lutte que j'effectue contre moi-même mon esprit flanche pour se muer en une mélasse informe et confuse.

Cet homme me ferait-il du mal ? Ou du bien ?

Tout en pesant le pour et le contre, mon regard se fige sur le dénommé Frost. Mon  palpitant rate un nouveau battement, je me sens atrocement transporté par des sentiments humains tout à coup et un haut le coeur menace déjà. Tout en cachant mes paumes tremblantes avec un air las, je tâche de rétablir une distance convenable entre nous.
Cette lutte que je mène avec moi-même est de l'ordre de la folie : depuis le premier jour je l'avais dans la peau quoi que je dise, quoi que je fasse. Tandis que mon âme s'affaiblit encore, mes yeux presque vides remontent en direction du visage angélique me faisant face.

- Sage parole. En attendant, bonne nuit monsieur.

La coupure du lien est direct, fondamentale, chirurgicale. La dénomination symbolique clos cet instant paradisiaque qui venait de me tourner en ridicule. Le laisser aller n'a pas sa place en moi, et lui n'a nul droit de s'aventurer plus loin car je sais que si il met un seul pas dans ma vie je serais fichu.

C'est sans doute cela qui anime en moi cette larme perlant au recoin de mon oeil. Je suis fait pour être seul; sinon pourquoi aurais-je cette tâche insupportable qui est de regarder ces jeunes gens morts tenter de retrouver un semblant de situation normale ?

Je ne suis que le passeur.
Je ne suis qu'une âme se devant d'errer seule.

Sans amour.
Revenir en haut Aller en bas
Frost
Peeves
avatar

Voir le profil de l'utilisateur http://thatsthespirit.forumactif.org/t361-i-m-not-jack
PLUS D'INFORMATIONS
MessageSujet: Re: We have all the time we need ft. Casper   Dim 3 Sep - 1:12
Un pas en arrière, une distance qui n’empêche pas leurs regards de se croiser et la tension de monter de quelques crans. Il n’avait pas établi un contact suffisant, mais se permit de lui laisser entendre qu’il ne comptait pas le laisser filer pour si peu. Une nouvelle fois le silence reprit ses droits, seuls leurs yeux tentaient d’apporter une signification logique, une explication que nul ne pouvait réellement satisfaire. Un « bonne nuit » sans entendre son prénom, une allure plus vive, plus décidé, mais Frost, abasourdi par cette seconde fuite le retient par la main. Il n’a pas besoin de se retourner, les deux savent très bien qu’ils se sont plu au premier regard. Est-ce mal ? Pourquoi était-il toujours celui qui intimidait le plus l’autre ? Sa main autour du poignet de son interlocuteur, il ne l’avait pas serré, tout juste retenue pour une seule pression avant de doucement la lâcher en glissant pour retomber le long de son corps, non sans avoir profité de quelques caresses pour apprivoiser la forme de ces longs doigts fins. « Carmen aurait été plus convenable que Casper visiblement… mais de nous deux, je n’aurais pas cru t’intimider plus que l’inverse » Quelques mots, quelques références. Il se contenta de sourire, avant de l’observer, cherchant à comprendre sans avoir la moindre idée de ce qu’il pouvait bien se passer dans la tête du jeune homme.

Le fantôme se contenta de reprendre, ne laissant pas le temps de répondre pour intimer son hôte à rester plus longtemps, se montrant plus ouvert au dialogue. « J’attends cette rencontre depuis longtemps » reprit-il, comme si ce seul fait légitimait qu’il lui accorde plus d’attention qu’à l’instant. Il était blessé, vexé, mais n’en avait rien montré, ne voulant pas livrer cette attirance pour l’homme tout de suite. Il était rationnel, stimulé par l’intellect et par cet attrait commun pour ce même sujet, il ne demandait rien de plus que quelques minutes de conversation, de présence, mais il n’était pas certain de l’obtenir et loin d’être capricieux, il se contenta de rester silencieux, se promettant de ne plus insister si réellement, il était une gêne pour le jeune homme. Les seuls repères qu’il avait en ce bas monde venaient de lui et Casper en était un tout neuf, un auquel il avait accroché plusieurs de ses motivations sans s’en être rendu compte. Rares étaient les personnes qui lui faisaient ce drôle d’effet, il voulait en apprendre plus, se délecter un peu plus de cette sensation qui lui était étrangère pour ne pas savoir s’il l’avait déjà éprouvé par le passé. Ça lui importait peu et c’était bien pour cette raison qu’il ne voulait pas perdre l’unique personne capable de provoquer le chaos dans son esprit sans qu’il ait eu la moindre volonté de le faire. Il voulait dire « reste avec moi » mais ses mots restèrent bloqués derrière ses mâchoires crispées par la frustration.
Revenir en haut Aller en bas
Casper
Grand manitou
avatar

Voir le profil de l'utilisateur http://thatsthespirit.forumactif.org
PLUS D'INFORMATIONS
MessageSujet: Re: We have all the time we need ft. Casper   Dim 3 Sep - 12:29
Toujours figé dans mon costume je sens mon coeur devenir douloureux dans ma misérable cage thoracique affolé par les battements irréguliers de mon palpitant souffreteux. Une longue inspiration me fend les poumons dès que je perçois le contact frêle de sa main autour de poignet, je me permets de fermer les yeux pour profiter pleinement de cette décharge envoûtant qu'il me procure sans savoir ou cela me mènera. Il tente de m'inspecter, de deviner ce que je ressens, ce qu'il se trame sous ma petite tête en ébullition, je le vois d'ici en dépit que mon dos lui fasse face.
Un rictus étire mes lèvres tandis qu'il mentionne l'oeuvre d'un dénommé Bizet à fin de me ramener dans ses filets. Le plan se déroule sans accro pour lui. Pourtant, je ne bouge toujours pas et continue de secouer la tête en retenant un petit gloussement des plus joyeux. Bien vite, il parle à nouveau et cette fois je ne peux pas me retenir de pivoter pour encrer mon regard dans le sien tant ces mots me touchent. J'inspire en attrapant sa main plus fermement son passage, je m'en retourne vers lui avec une conviction étrange au creux de mon ventre : nous étions donc fait pour nous rencontrer. La fatalité de l'instant me cloue au sol avec ferveur, nul ne sait ce qui va se passer mais je demeure comme par rassurer de savoir cette réciprocité, mes yeux s'humidifient au point qu'une larme coule le long de ma joue. Je la balaye rapidement en souriant, mon regard se pose sur la goutte salé essuyée sur mes doigts longilines à la suite de ce moment de désarroi. Négligemment, je relève le menton pour dévisager l'ange qui me faite face, je n'ai plus envie de fuir désormais, à mesure que cette pensée se concrétise en ma personne j'entremêle mes phalanges aux siennes. J'ai envie de le garder.

- C'est réciproque je veux bien l'avouer.

Avec une audace soudaine, mon autre paume se faufile du côté de sa joue que je m'apprête à effleurer. La crainte qu'il ne se recule disparaît dès lors que je le vois cesser de bouger en percevant la chaleur de mon index non loin de sa peau, par un simple mouvement je masse délicatement cet épiderme fragile.

- Alors, la vie à l'hôtel te convient ? Tu n'as sans doute pas le temps de t'ennuyer vu tout ce que tu lis.

Je poke légèrement son nez avant de l'obsetver d'un oeil profondément rieur, je le dévore des yeux depuis si longtemps que je sais exactement ce qu'il a lu, ce qu'il a cherché ici. Ne me demandez pas pourquoi je l'ai espionné sans agir, c'était une éternité de calme et d'amour sourd, tout ceci était grisant.
Finalement, ne serait-il pas un cadeau que l'on me fait ? Un petit bijou que l'on m'offre pour que le temps ainsi que ma tâche me soient plus supportables ?

Cette fois, mon regard est nouveau sur lui. J'attends sa réponse tout en pressant encore mes doigts contre les siens. Je n'ai pas envie de m'absenter maintenant, mon seul désir et de garder ce simple contact avec lui.
Revenir en haut Aller en bas
Frost
Peeves
avatar

Voir le profil de l'utilisateur http://thatsthespirit.forumactif.org/t361-i-m-not-jack
PLUS D'INFORMATIONS
MessageSujet: Re: We have all the time we need ft. Casper   Lun 11 Sep - 20:35

Le déroulement est lent, le film se joue sous ses prunelles sombres. Frost se délecte de l’absence de mouvement, de cette main restée dans la sienne qu’il n’a pas osé fermer, permettant une issue de secours en douceur à ce mystérieux profil. Il imagine les battements de son corps, sent d’une légère pression le pool accéléré de l’inconnu qui se retourne lentement en mêlant ses doigts aux siens. Carmen n’est finalement pas un choix idéal, car cet amour volage accepte la contrainte d’un échange plus long. Il se laisse guider, regarde les doigts qui s’approchent et diffusent finalement leur chaleur contre sa peau. Mais ce qui l’a étonné le plus c’est cette larme à peine perceptible qui avait filé aussi rapidement qu’un battement de cils. Il resta silencieux, se contentant de sourire. Il attendait ce moment, l’avait espéré et voilà qu’il n’était pas aussi bavard qu’il le devrait, mais fidèle à lui-même, le fantôme se contentant d’acquiescer, en laissant l’autre reprendre contenance. Ses doigts enserrés par ceux du dénommé Casper lui laissaient entendre qu’il ne s’échapperait plus. Ils étaient confrontés l’un à l’autre, se jaugeant sans pour autant que les mots ne sortent, y en avait-il seulement besoin ? Ils se plaisaient, c’était indéniable et tout ce qui se rapprochait de près ou de loin à un petit bonheur, Frost n’allait pas le réfuter, se contentant des cadeaux que sa seconde vie voulait bien lui céder.

« La lecture est une passion comme une autre aux premiers abords, néanmoins on vit plus d’aventures que de raison » un avertissement ? Non, une affirmation. L’imagination était un pouvoir sous-estimé et bien plus sain que n’importe quel pouvoir de ce bas monde, encore qu’il ne craignait plus rien, extirpé de ces règles de vies, parfois utiles, parfois non, parfois logiques et des fois complètement aberrantes. L’homme et ses lubies, dans ces livres, il n’y en a que très peu, car l’éthique qu’il aurait voulu retrouver chez les autres, il ne la trouve finalement nulle part ailleurs. Cependant, il n’idéalise pas non plus, il est intrigué, se demande comment chacun fonctionne et particulièrement lui, celui qui semble porter le poids du monde sur ses épaules sans en laisser paraitre la moindre émotion, du moins c’était sans compter sur l’observation assidue de Frost.

« Et toi ? Est-ce que ta vie te convient ? » Une question anodine, en retour à celle posée, pourtant, lourde de sens. Il voulait en apprendre plus sans poser les questions conventionnelles, puisqu’entre eux il n’y avait pas de ça. Il se mit à sourire, retrouvant peu à peu son espièglerie naturelle et cette lueur qui s’affinait dans le temps et s’évertuait à chercher écho dans le regard tout aussi sombre que son vis-à-vis.

Le silence reprenait ses droits, jusqu’aux prochaines réponses et aux tours des interrogations. Une boucle infinie pour l’instant, qui ne les laisserait sans doute pas avant que l’un ou l’autre ne concède enfin que rien ne sert de se tourner autour avec autant d’ardeur si ce n’est perdre un temps précieux. Mais qu’est-ce que le temps pour deux âmes errantes ? Au final, le tempérament fougueux de Frost, dont il ne connaissait pas l’origine restait ancré en lui malgré le temps. Qu’en était-il de lui ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

PLUS D'INFORMATIONS
MessageSujet: Re: We have all the time we need ft. Casper   
Revenir en haut Aller en bas
 
We have all the time we need ft. Casper
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Quite cute: ral quite cute, play time & candy yum yum
» SWAP Apéro Time
» (✰) i hold the time to keep you off my mind.
» ☾ every time you touch me i just melt away.
» M482 VISÉ

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THAT'S THE SPIRIT! :: West Wing :: Bibliothèque-
Sauter vers: