Accueil  Calendrier  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Le destin des forcenés // ft. L

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Frost
Peeves
avatar

Voir le profil de l'utilisateur http://thatsthespirit.forumactif.org/t361-i-m-not-jack
PLUS D'INFORMATIONS
MessageSujet: Le destin des forcenés // ft. L   Dim 8 Oct - 18:40
Parfois la vie joue des tours à ceux qui passent à côté de quelque chose et ce hasard est plus que suspect quand cela concerne à la fois Frost et L. Pourtant, ce n’est pas impossible. Quelle est donc cette obscure raison pour laquelle ils doivent à tout prix se connaitre ? Le fantôme n’en a pas la moindre idée et se creusera la tête une autre fois. Le moment est venu pour l’instant de sortir de cette bibliothèque, chose qu’il ne fait que très rarement pour avoir arpenté les galeries si souvent et à de nombreuses reprises jusqu’à la fermeture. Pourquoi les morts doivent-ils suivre des règles comme celle-ci ? C’est après tout pénalisant. Mais les morts doivent eux aussi ressourcer leur énergie et plus encore, les livres peuvent être endommagés à force de manipulation répétitive. Si bien que rester éveiller deviendrait la porte ouverte à la destruction massive d’œuvres et de chefs-d ’œuvres littéraires.

La question qui brulait les lèvres du jeune homme c’était plutôt de savoir ce que L faisait ici lui aussi et qui avait eu cette bonne idée de les enfermer. Pour sa part, ce n’était pas volontaire, il était pourtant bien visible, mais silencieux et au fond de l’immense salle, il n’avait pas grande chance d’être repéré si le gardien ne passait pas par toutes les galeries. Sa flemme légendaire le perdra, se dit-il. C’est en terminant son livre et s’étonnant de l’absence de monde qu’il s’était levé pour se diriger vers l’entrée. Mais surprise, voilà qu’il ne pouvait l’ouvrir, cette misérable porte qu’il passait chaque jour sans problème. Et comble de l’histoire, il n’avait pas été le seul, une autre tête avait fait son apparition et les deux jeunes hommes s’étaient littéralement dévisagés sans dire un mot, surpris sans doute autant l’un que l’autre de constater les penchants intellectuels qu’ils avaient. Frost n’avait aucun préjugé sur L si ce n’est celui de savoir qu’il pouvait être une plait quand il le voulait et avec qui il le voulait. Mais il savait une chose par ailleurs, c’est qu’aucun des deux n’irait jouer avec l’autre pour le plaisir ou par l’ennui. Après tout… ils avaient déjà été confronté et bien que cela avait été intéressant, aucun des deux n’avait daigner trouver l’autre pour réitérer l’expérience. Si ce n’était pas l’envie qui manquait de faire de la vie de ce jeune homme un enfer, il n’en fit pourtant rien, témoignant son indifférence totale. Après tout, il n’y avait plus eu d’incident concernant Azur. Néanmoins, Frost restait prudent, bien que préférant s’assurer des agissements de son vis-à-vis par lui-même sans non plus en faire une enquête digne de roman policier, ça, c’était hors de question.

Il se contenta de croiser les bras en soupirant, se posant sur l’une des chaises le temps que l’on remarque qu’ils étaient là. Fort heureusement on ne peut mourir une seconde fois, se dit-il. « Bien, parfait… par chance ça ne durera pas une éternité » En tout cas, il l’espérait.
Revenir en haut Aller en bas
L
Peeves
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
PLUS D'INFORMATIONS
MessageSujet: Re: Le destin des forcenés // ft. L   Lun 9 Oct - 2:08


- Le destin des forcenés -
Frosties & L

En toute franchise, j’avais passé toute mon après midi à la bibliothèque jusqu’à ce soir. Cela faisait déjà un bon moment que je me questionnais quant à l’existence des humains. Je ne me souvenais plus de rien, j’ignorais même à quelle époque j’avais vécu de mon vivant. Pour être honnête, je ne savais rien des mortels, simplement leur existence à laquelle nous n’avions droit de nous y prêter. C’était ainsi, nous n’avions même le droit de les observer en silence, comme si un mur invisible nous séparait de leur monde. Dommage, j’avais voulu apprendre d’eux, me familiariser davantage avec leurs coutumes, découvrir ceux qu’ils avaient créé, le monde actuel dans lequel, peut être, aurais-je pu vivre. Je me trouvais dans une prison alors que l’éternité s’offrait à moi. Je ne comptais déjà plus les jours depuis mon arrivé, trouvant que cela était finalement stupide,  car je finirai tôt ou tard, par me faire plus de mal que de bien. Nous étions si limités dans l’au-delà bien que nous étions nous nourris et logés gratuitement sans que nous donnions en retour. Nous n’avions à nous plaindre, certes, mais plus j’y songeais, plus je me disais que mon existence allait être longue. Se divertir était bon, mais la connaissance l’était tout aussi. Parfois curieux, j’allais me poser auprès de Moon et lui demandais de me conter ce qu’il savait, toutes ses connaissances qu’il  a apprises, étant « l’intellectuel » de la bande, celui qui aimait par-dessus tout apprendre sans se lasser, ne pouvait être selon moi, la meilleure personne vers qui l’on pouvait se tourner dans le moindre doute, à la moindre petite question qui nous chatouillait. Cependant, aujourd’hui, j’avais eu l’envie de découvrir par moi-même. Toutes ces questions et cette curiosité qui ne cessait de s’accroitre à leur sujet. Je voulais savoir, apprendre, m’enrichir et surtout, pouvoir rêver. Mais, rêver viendrait à venir envier quelque chose  que l’on ne possède pas, et par conséquent, nous rendre simplement avide, notamment dans notre cas, nous pauvres âmes qui étions limités et dont, certainement nombreux d’entre nous,  transformeraient cette avidité en un pêché.  Absurde.

Les heures défilaient sans que je ne me  rende compte que la nuit avait déjà engloutit tout l’hôtel, bien trop absorbé par le bouquin que je tenais entre mes mains, me perdant dans la contemplation des Hommes. Ils n’avaient tous pas été bons, beaucoup avaient fait régner le mal autour d’eux et certains d’entre eux ont été sauvagement punis pour cela, chose qui ne semblait exister ici. Du moins, je n’avais jamais vu quelqu’un être puni du mal qu’il avait commis d’une certaine façon.

Ce fut seulement lorsque la faim pointa le bout de son nez que je m’obligeais à lever les yeux, insérant un marque page là où je m’étais arrêté avant d’étirer les bras. J’observais silencieusement autour de moi, remarquant qu’il n’y avait plus personne et que la nuit était tombée. Bon sang, j’espérais que la bibliothèque était toujours ouverte, mais en toute logique elle devrait, puisque les lumières étaient encore allumées, et le gardien n’avait pas encore fait son apparition. Ne tardant pas plus, je me levais de ma chaise et rangeais le bouquin là où je l’avais pris. Personne ne viendrait le prendre de toute façon, cette bibliothèque renfermait je ne sais combiens d’ouvrages, alors j’avais laissé mon petit morceau de papier à l’intérieur. Me dirigeant ensuite vers la sortie, j’observais au loin une autre personne, un homme si l’on en jugeait la silhouette qui prenait forme à chaque fois que je m’avançais. Ne comprenant pas pourquoi il restait planter devant les grandes portes de l’enceinte, je pressais un peu le pas, et découvrais ce type étrange que j’avais rencontré une fois sur le toit de l’hôtel, un soir. Cette première rencontre qui semblait avoir été préparée par ses soins, et dont je me souviens parfaitement, m’avait quelque peu étonné.

Nos regards s’étaient brièvement croisés avant que je ne finisse par le dévisager de la tête aux pieds, comme je l’avais fait ce soir là. Ne prononçant nul mot, mes yeux le suivirent simplement tandis qu’il prenait place sur une chaise sans se prononcer non plus. À quoi bon ? Les salutations n’avaient leurs places,  elles ne seraient qu’une perte de temps. L’ignorant, je continuais tout bonnement mon chemin mais fut très vite arrêté, stoppé sur le seuil de la porte lorsque je tentais de tourner la poignée qui, après plusieurs tentatives, n’avait abouti à rien. Il semblerait que nous étions bel et bien enfermés. Bon dieu, c’était quoi ça encore ? Mon attention se porta de nouveau sur cet individu dont j’ignorais toujours le nom lorsqu’il prit la parole. Ne m’étant retourné en sa direction, mon regard seul, partit en biais avant de arquer un sourcil. C’était bien ma veine.




Codage made by. M



Revenir en haut Aller en bas
Frost
Peeves
avatar

Voir le profil de l'utilisateur http://thatsthespirit.forumactif.org/t361-i-m-not-jack
PLUS D'INFORMATIONS
MessageSujet: Re: Le destin des forcenés // ft. L   Ven 13 Oct - 17:33
La soirée promettait d’être longue aucun des deux ne s’adressa plus la parole et Frost n’était pas du genre à aller vers les autres, pas plus que L apparemment. Néanmoins, il s’étonna le détailla sans embarras. Il était cultivé, en voilà un redoutable prédateur… les plus malins sont les plus dangereux après tout. Il était cependant difficile d’appeler L dangereux étant donné qu’il n’était tout comme lui qu’un vilain petit plaisantin, ou alors un simple rebelle en manque de distraction. Il y avait en réalité une multitude de raisons pour justifier son comportement, mais Frost ne s’y intéressait simplement pas, il constaterait le changement ou non, verrait l’évolution de cette personne sans se soucier de ce qu’il pense ou non. Après tout à quoi sert de fabuler ? On ne peut réellement connaître les autres qu’en les laissant se comporter plutôt que d’essayer d’anticiper.

Il laissa entendre le son de sa voix, uniquement pour faire la conversation, un écho lointain de leur seule et unique entrevue qui n’avait pas été de tout repos pour les nerfs de l’un comme pour l’autre. Telle une petite piqûre de guêpe venue les titiller, ils avaient passé leur chemin non sans cette impression d’inconfort finalement évanouie au profit d’autres activité. Mais l’empreinte de l’un était restée sur l’autre et réciproquement, assez pour qu’aucun ne daigne faire le premier pas. Frost repartie en direction de sa galerie, se contentant de récupérer le livre sur lequel il avait des vues et qu’il aurait bien dévoré s’il en avait eu le temps. Le premier tome avait été si passionnant qu’il lui avait value cette mésaventure, mais il ne s’en plaignait pas. Pourquoi le devrait-il ? Il sourit simplement, posant ses doigts sur la couverture rouge aux lettres dorées et le fit glisser entre ses doigts en rebroussant chemin pour atteindre les premières rangées dans l’éventualité où quelqu’un passerait pour éteindre les lumières.

La fatigue et la faim se faisaient ressentir, mais si cela était pénible, il imaginait que tout rentrerait dans l’ordre le lendemain, en espérant bien sûr être découverts avant, mais plus les minutes passées et plus il se laissait envelopper par les bras de Morphée, se laissant attirer par le côté obscur de l’univers du livre. Pourtant assez philosophique, certes, mais soulevant des questions qui lui plaisaient assez sur le fonctionnement même du genre humain indépendamment de toute forme de pensée superflue. Les philosophes avaient cette spécificité d’établir des règles et des lois pour tout, malheureusement pour eux, Frost ne croyait en rien de cela et préférait voir les questions sans réponses plutôt que d’essayer lui-même d’y répondre par les moyens dont il disposait, car tous provenaient de l’homme et n’étaient pour lui que des balivernes. Il n’y avait aucune preuve qu’une simple erreur de calcul n’ait pas été commise. Si tel était le cas, tout ce en quoi l’homme croit ne peut être entièrement vrai ni n’expliquerait tous les secrets de l’univers. Débat passionnant qui le fit sourire avant qu’il ne pose son livre, soupirant tout son saoul, lassé par ses réflexions sans un bon café.
Revenir en haut Aller en bas
L
Peeves
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
PLUS D'INFORMATIONS
MessageSujet: Re: Le destin des forcenés // ft. L   Mar 24 Oct - 17:06


- Le destin des forcenés -
Frosties & L

Je n’allais sincèrement pas passer le restant de ma soirée à la bibliothèque, bien que j’aurais de quoi m’occuper sans problème, cependant la faim qui tiraillait de plus en plus mon ventre, me rappelait combien même étant un fantôme, il me fallait me ressourcer tout comme les mortels, et évidemment, il a fallut que cela tombe pile au mauvais moment. Bon sang, pourquoi est ce que la malchance me poursuivait ainsi continuellement. Qu’avais-je fait de si mauvais pour me trouver coincer et qui plus est, avec cet étrange personnage ? Entendant ses pas s’éloigner au loin, je m’approchais à nouveau des portes de la bibliothèque, forçant un peu sur les poignées, mais sans succès. Les portes avaient parfaitement été bien scellées, nous ne pouvions dans tous les cas sortir d’ici sans l’aide du gardien des lieux, lui-même. Comment se faisait-il qu’il n’avait d’ailleurs pas correctement effectué son travail, c'est-à-dire, en ayant pris le soin de vérifier que tous les résidents avaient bien quitté les lieux ? Il avait tout intérêt à faire un tour dans les parages d’ici la fin de la soirée, ou bien il entendrait parler de moi, pour sûr.

Laissant l’arrière de ma tête se poser contre les immenses portes je lâchais un long soupir avant de me laisser glisser et m’asseoir au sol. Si le vieux ne se hâtait pas d’ici une heure ou deux, j’allais vraiment finir par la sentir passer cette éternité. Laissant les minutes s’écoulaient j’observais le calme qui régnait partout autour de moi. Je ne supportais vraiment pas ce silence qui commençait à me peser, comment est ce que certaines personnes parviennent à apprécier un calme si reposant ? Cela me tuait plus qu’autre chose lorsque je n’en ai le besoin. Finissant par me lever après quelques minutes qui m’avaient paru être une éternité, je partais découvrir la bibliothèque dans ses moindres recoins, ayant tout le temps devant moi, je n’allais pas m’en lasser, oh non. Marchant en silence, saisissant quelques bouquins entre les mains, je feuilletais sans vraiment m’y intéresser, non pas que cela n’en était point intéressant, simplement, la faim m’en empêchait. Après qu’une petite heure s’était écoulée, me faisant presque croire que j’y avais passé la soirée en entier, je finissais par m’impatienter et regagner l’entrée de la bibliothèque avant de venir frapper de mes poings les portes de celle-ci. Il n’était plus question que je reste coincer une seule heure de plus dans cet endroit qui ne contenait rien qui assouvirait ma faim. « Eh, oh, est ce que quelqu’un m’entend ? Ouvrez-moi la porte ! » Deux, trois, puis quatre coups s’étaient fait entendre bruyamment jusqu’à que je finisse par laisser la fatigue et l’agacement prendre le dessus. « Ouvrez cette putain de porte bordel de merde. » Plusieurs coups s’étaient enchainés à la suite avant que je vienne poser mon avant bras contre l’une des portes, puis mon front par-dessus tout en laissant échapper un petit soupir. Je devinais à présent que nul personne n’avait entendu mon appel, que j’allais me résigner à rester ici toute la nuit jusqu’au petit matin si ce n’est peut être même voir plus. Totalement lassé, je partais en direction d’une table dans un coin avant de me laisser m’allonger dessus. « Fait chier. » Laissais-je échapper tandis que mon regard se perdait sur le plafond joliment décoré dans un style ancien qui avait conservé toute sa richesse.




Codage made by. M



Revenir en haut Aller en bas
Frost
Peeves
avatar

Voir le profil de l'utilisateur http://thatsthespirit.forumactif.org/t361-i-m-not-jack
PLUS D'INFORMATIONS
MessageSujet: Re: Le destin des forcenés // ft. L   Mar 24 Oct - 17:45
La patience est une vertu qui requiert énormément d’énergie quand elle n’est pas ancrée en soi. Frost se dit qu’il devait être chanceux et que dans sa précédente vie, il n’était pas en reste. Cependant, l’attente n’avait jamais été son fort, surtout perturbée par un élément aussi teigneux que le jeune homme enfermé avec lui. Il n’aurait jamais cru se retrouver un jour avec cette personne, dans une bibliothèque, non pas qu’il le prenne pour un idiot, au contraire, s’il était ici c’est bien qu’il n’était pas dépourvu d’intérêt et quand bien même, ce n’est pas parce que l’on ne se rend pas à la bibliothèque que l’on est un sombre crétin. En soi, une fois encore, rien de sûr. La culture n’a rien à voir avec la bêtise. Il se mit à sourire, brièvement, ayant pris soin de choisir quelques bouquins pour la nuit. La faim le tiraillait, mais elle allait surement passer s’il se concentrait assez.

Plus le temps passait et plus il se détendait, ce qui n’était pas le cas de L. Visiblement, revenant à la charge pour bourriner la porte de ses mains et de ses insultes. Frost n’avait pas levé le nez de son bouquin jusque-là, mais il le fit pour reposer sa vue dans un premier temps et pour observer son camarade. Il était étrange que personne ne réponde ou ne s’aperçoive de leur absence. Le fantôme pencha la tête sur le côté prenant son menton entre ses doigts en frottant doucement, réfléchissant aux derniers évènements. « Je vais finir par croire que c’est fait exprès, en revanche savoir de qui ça pourrait venir… c’est autre chose » Il avait bien une petite idée, mais rien de concret puisque de toute façon, à son sens, Azur directement concerné n’était pourtant pas au courant de l’altercation entre lui et son bourreau. Qui pouvait bien avoir eu vent de cette querelle ? Hm… de plus en plus suspect. Cependant, si le dirigeant de l’hôtel est au courant, Frost doutait que ce petit manège soit son œuvre et quand bien même, il avait surement d’autres chats à fouetter et une flopée de personnes à son service pour vérifier que tout le monde va bien. Alors quoi ? Qu’était-ce ? Il soupira, se disant que de toute façon ça ne changerait rien à leur problème. « Ça ne sert à rien de cogner je pense, essaye de faire autre chose » dit-il simplement. Un conseil qui ne valait sans doute pas grand-chose aux yeux de l’autre, puisqu’il venait de lui, mais il essayait tout de même. Puis il fallait se rendre à l’évidence, sa concentration était perturbée, il ne pouvait donc pas se replonger dans les écrits dans la minute. Le temps est fait ainsi, paraissant plus long quand on souhaite éviter une situation et plus court quand on pallie à l’ennuie et l’inconfort, difficile cependant de trouver le juste milieu quand deux opposés se trouvent dans la même pièce, aussi vaste soit-elle.
Revenir en haut Aller en bas
L
Peeves
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
PLUS D'INFORMATIONS
MessageSujet: Re: Le destin des forcenés // ft. L   Mar 14 Nov - 0:03


- Le destin des forcenés -
Frosties & L

J’avais presque fini par oublier sa présence tellement il était discret, mais très vite il m’avait rappelé que  je n’étais pas seul, que sa personne que je ne supportais pas depuis ce jour là, et qui m’insupportais que plus depuis le début de cette soirée, venait me conseiller d’agir autrement plutôt que me mettre à hurler en vain tandis que j’avais déjà rejoins la table sur laquelle je m’étais allongé. Mon regard partit en sa direction, le regardant en biais d’un mauvais œil sans bouger le moindre petit doigt, je pouffais un léger rire moqueur suite à ses dires. S’il se sentait plus intelligent, pourquoi ne proposait-il pas quelque chose pour nous faire sortir d’ici, à moins qu’il ait l’intention de camper ici, ce qui n’était absolument pas mon cas. J’ignorais si le gardien viendrait plus tard dans la  soirée, mais je ne comptais pas attendre davantage, cela avait suffit, ma patience avait des limites et la faim qui tiraillait de plus en plus mon ventre à chaque quart d’heure écoulé n’aidait non plus à calmer mes ardeurs. Avec ou sans gardien, je finirais par sortir d’ici avant que le petit matin ne se lève.

Je l’observais sans dire mot, constatant que cet individu n’avait l’air perturbé de  la situation. Non, il avait plutôt même l’air d’être très calme, comme si cela l’importait de passer la nuit ici, à croire qu’il avait l’habitude, ayant déjà fait sa réserve et préparait sa couche. Se moquait-il de moi encore une fois ? Je n’avais déjà supporté sa façon de m’accoster l’autre soir, venant me faire la morale comme s’il connaissait tout de la vie, comme s’il était le maitre des lieux qui avait vécut suffisamment longtemps pour oser nous donner des leçons de la vie. Il avait été simplement pathétique à mes yeux. Regardant à nouveau le plafond sans ne plus faire attention à sa personne, je tentais de me calmer, finissant par fermer les paupières.

« Hey, le super héro. »

Cela n’avait servie strictement à rien. La seule chose qui me trottait à l’esprit était de sortir de ce putain d’endroit qui me tuait à chaque seconde écoulée tout cela à cause d’un abruti, incompétent qui ne méritait simplement qu’on le renvoi de son poste qui ne demandait non plus grande qualification. Oh oui, je le maudissais où qu’il se trouve actuellement.

« Puisque tu trouves cela inutile, pourquoi tu ne ferais pas quelque chose plutôt ? Toi qui aime jouer les supers héros, sois utile cette fois-ci. » Que cela serve.




Codage made by. M



Revenir en haut Aller en bas
Frost
Peeves
avatar

Voir le profil de l'utilisateur http://thatsthespirit.forumactif.org/t361-i-m-not-jack
PLUS D'INFORMATIONS
MessageSujet: Re: Le destin des forcenés // ft. L   Mar 14 Nov - 0:37
Frost commençait à se demander si ça n’avait pas été fait exprès, tournant, retournant cela dans sa tête en se disant que possiblement, les comptes qu’ils avaient à régler pouvaient être un mobile valable pour enfermer deux personnes avec autant de tensions électriques dans leurs regards lorsqu’ils se croisent. Il n’y avait aucun moyen d’en être certain de toute évidence, mais le givré était de ceux qui croyaient au karma. Toute vérité finirait par éclater un jour où l’autre et il espère en rire plus tard, bien qu’il le fasse déjà actuellement en voyant L ruminer et frapper contre la porte sans espoir qu’elle ne s’ouvre. Peut-être a-t-il raison et il vaut mieux essayer de faire du bruit pour attirer l’attention ? Pour sa part, il ne s’y joindrait pas, préférant attendre le lendemain, qu’allait-il y risquer ? Les mots qu’il entendit le firent légèrement sourire. Il ne quitta pas son bouquin tandis que d’un bref coup d’œil, le plus teigneux le provoquait, lui sommant de trouver une solution en étant allongé sur une table. Le fantôme haussa les épaules abaissant doucement son livre.

« Je ne suis pas superman, ni Arsène Lupin, alors la serrure et la porte resteront intact. La seule chose à faire c’est d’attendre. On ne risque pas d’en mourir au moins, puis ça ne sera le temps que d’une nuit » Il marqua un temps de pause en penchant la tête, sachant très bien qu’il y aurait quoi qu’il arrive un fautif pour encaisser la mauvaise humeur visiblement constante et habituelle du garçon. « Tu auras tout le loisir de retrouver le coupable si tenté qu’il se montre un jour, après tout comment savoir ? Peut-être que ce n’est pas un surveillant ni un bibliothécaire qui nous a enfermé » et cette hypothèse lui semblait plus plausible que l’inverse, à moins d’avoir été payés ou appâté pour x raison, encore un nouveau mystère qu’il n’avait absolument pas envie de résoudre. Etait-il comme ça tout le temps ? Ou y avait-il une raison particulière ? Il ne devait pas vraiment être claustrophobe, l’espace n’était en rien confiné, encore que cela pouvait tout de même effrayer. Il n’avait pas l’air de l’être, mais qui sait ? Il se trompait peut-être. En attendant les réponses, Frost observa de loin la porte qui les narguait tous les deux, se disant que ce petit coup bas, bien qu’amusant, n’allait pas rendre son humeur des plus stable étant donné l’énergumène avec lequel il était enfermé. Il en fallait beaucoup pour lui faire perdre réellement son calme.
Revenir en haut Aller en bas
L
Peeves
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
PLUS D'INFORMATIONS
MessageSujet: Re: Le destin des forcenés // ft. L   Mer 15 Nov - 14:46


- Le destin des forcenés -
Frosties & L

Ça ne sera que le temps d’une nuit ? Se moquait-il de moi, ou bien devais-je en rire ? Cette situation n’avait l’air de le déranger, non pas le moins du monde. Me contentant simplement de répondre par un « tss » je fermais cette fois-ci les yeux. Il ne servait strictement à rien, il n’était d’aucune utilité, à part se donner un air cool en jouant le mec cultivé, mais à quoi se résumé donc sa vie ici ? Passait-il uniquement ses journées à bouquiner ? Ah non, il est vrai qu’il avait plaisir à donner des leçons aux autres, aussi. Peut être devait ce être la partie la plus excitante de ses journées monotones? Peut être bien. Avait-il seulement déjà goûté aux plaisirs du monde de la nuit ? À se divertir d’une toute autre façon que ce à quoi il s’y adonnait en temps habituel ? Plus j’y songeais, et plus j’observais sa personne, plus je me disais qu’il devait être un type sans grand intérêt. Alors que je songeais à tout cela, oubliant presqu’il se trouvait ici avec moi, le son de sa voix me tira de mes pensées, m’obligeant à tourner automatiquement la tête en sa direction tout en arquant un sourcil. Tentait-il de me dire quelque chose dont il avait connaissance afin d’attiser ma curiosité et me pousser à le lui demander, ou bien, était-ce par pur hasard ? D’un simple naturel qu’il me confiait cela ? Je ne pu m’empêcher de l’observer silencieusement un temps avant de décider par ouvrir la bouche. « Pourtant ils sont bien les seuls à posséder les clés de ce domaine, à moins qu’ils s’amusent à la faire tourner à n’importe qui. » Arquant un sourcil, je me redressais, m’asseyant sur la table tout en repliant l’une de mes jambes contre mon buste, je posais mon avant-bras sur mon genou sans le quitter des yeux. « Tu en parles comme si tu aurais une idée de l’auteur des faits. » Un petit rire s’échappa d’entre mes lèvres suite à cela. « Si toi et ton complice l’avaient fait exprès dans le simple but de me faire chier, je t’avertie de suite. » Je me tais un faible instant, le regardant froidement avant de poursuivre. « Je ne resterais pas sage plus longtemps. »  



Codage made by. M



Revenir en haut Aller en bas
Frost
Peeves
avatar

Voir le profil de l'utilisateur http://thatsthespirit.forumactif.org/t361-i-m-not-jack
PLUS D'INFORMATIONS
MessageSujet: Re: Le destin des forcenés // ft. L   Dim 19 Nov - 22:55

Ce petit jeu devenait à peine intéressant, il apprenait à connaître le chien enragé qu’était L et comprenait qu’il aboyait plus qu’il ne mordait, du moins, il n’avait pas été l’une de ses victimes. Pour ce qu’il en était vraiment, Frost se disait que tôt ou tard, il le paierait et ce sans avoir besoin d’intervenir, il n’était pas de ce genre. Néanmoins, il aurait bien aimé qu’il comprenne autrement qu’en déchantant en tombant sur pire que lui. Car il en était conscient, faire mal à Azur était si facile, c’était presque décevant en fin de compte de voir que l’on s’attaque à quelqu’un de bien plus faible sous ce seul prétexte. Il ne se posa pas plus de questions, rétorquant aux attaques de son interlocuteur se mettant en tête qu’il y était pour quelque chose. Le givré ne put s’empêcher de rire et secouer la tête négativement. « Non, je réfléchis juste à ce pourquoi toi, moi, maintenant, on est enfermés, et je me dis que peut-être, quelqu’un l’a fait exprès. Ce n’est qu’une hypothèse et dans le meilleur des cas, il n’y a rien dans une bibliothèque qui puisse nous aider à sortir, à moins que tu sois un ace du crochetage ? » Il ferma son bouquin agacé par ce comportement, mais soupirant à la place.

« Je n’ai aucun intérêt à m’infliger ça de toute façon, rester enfermer ici avec toi n’est clairement pas une idée qui me serait venue » Quand à la dernière menace, elle fit s’allumer une lueur de défi dans les yeux du fantôme, ne lâchant pas des yeux l’autre homme en croisant ses bras. « Inutile de le dire, tu tournes comme un lion en cage » L’arroseur arrosé, c’était presque risible s’il n’y avait pas cette tension électrique dans l’air. Ce n’était un secret pour personne, ils ne s’appréciaient pas et se retrouver trop longtemps dans la même pièce était fort désagréable, plus encore quand les deux se trouvaient des prétextes à cette animosité palpable. Il suffisait d’une allumette pour les faire sauter. Mais Frost espérait garder son calme et ne plus être provoqué, se contentant de le dévisager en haussant les épaules, se redressant pour observer la porte derrière l’autre âme. « Je t’aurais bien demandé qui voudraient que tu te réconcilie avec moi, mais je doute que nous ayons la réponse tout de suite » Et il n’était pas question d’Azur, il avait surement en horreur le jeune homme, aucun intérêt à ce que ses amis s’entendent bien avec. Quant à lui, il y en avait plusieurs des plaisantins qui pouvaient l’espionner pour le mettre dans pareille situations, une petite fouineuse notamment qui le fit sourire, mais il taira son nom pour la protéger, éventuellement.
Revenir en haut Aller en bas
L
Peeves
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
PLUS D'INFORMATIONS
MessageSujet: Re: Le destin des forcenés // ft. L   Mar 12 Déc - 17:26


- Le destin des forcenés -
Frosties & L

Cette situation m’insupportait que trop, et elle semblait ne pas vouloir s’arranger avant encore un bon bout de temps. Le sort s’acharnait-il contre moi ou bien étais-je simplement très malchanceux aujourd’hui ? Pour une fois que j’avais décidé de rester sage, préférant les bouquins que les aventures malencontreuses, il faut dire que ce n’était décidément pas mon jour. J’aurais mieux fait de rester cloitré dans ma chambre, à tuer mon temps à composer, tiens. Mon regard n’avait lâché sa personne une seule fois, et toujours avec cet air froid que je présentais, il finit par s’adoucir un peu lorsque ses dires parvinrent jusqu’à mon ouïe. Des dires plutôt surprenants faut-il croire. Oui, lui qui avait depuis le départ, eut l’envie de me confronter jusqu’à ce soir, lui qui était venu de lui-même pour chercher les ennuis, avait le souhait de se réconcilier avec moi ? Devais-je en rire ou bien ? Me levant, et lui faisant face je le fixais longuement dans les yeux afin de chercher une quelconque faille dans ses paroles. « Se réconcilier à quel sujet ? » J’enfouis les mains dans les poches de mon jeans et m’avançais lentement en sa direction, n’ayant toutefois l’envie de le rejoindre là haut, je penchais ma tête en arrière, légèrement sur le côté, attendant simplement une réponse de sa part. « Pourquoi donc vouloir te réconcilier avec moi, si de toute évidence tu sais pertinemment au plus profond de toi, que tu reviendras à moi afin d’embraser les choses. Je sais ce que tu vas me dire. » Je me tue un instant baissant un instant le regard vers le sol, soupirant un peu, puis les relevant en sa direction. « Cela ne dépend que de moi. » Je souris moqueur. « Qui es-tu à la fin ? » Fronçant légèrement les sourcils, je forçais à me souvenir d’un quelconque passé dans lequel ce personnage aurait pu apparaître à un moment donné dans mon existence.    



Codage made by. M



Revenir en haut Aller en bas
Frost
Peeves
avatar

Voir le profil de l'utilisateur http://thatsthespirit.forumactif.org/t361-i-m-not-jack
PLUS D'INFORMATIONS
MessageSujet: Re: Le destin des forcenés // ft. L   Mar 12 Déc - 20:09

À croire qu’il ne l’avait pas écouté une seconde, ou qu’il persistait à croire que Frost cherchait désespérément son attention. Il se mit à sourire discrètement, haussant les épaules en se redressant à son tour pour jauger le garçon. Pourquoi autant de colère et pourquoi autant de curiosité ? Ce n’était pas à son sujet qu’il l’était, pourtant, cette dernière question le supposait. Lui était-elle vraiment adressée ? Que cherchait-il ? Une fois encore, l’énigme qu’était ce L restait entière et s’il n’avait aucune confiance, il n’en demeurait pas moins curieux

« Je n’y suis pour rien et c’est un peu trop s’avancer que de prétendre m’intéresser à toi de la sorte. J’ai dit ce que j’avais à dire, je n’ai plus d’intérêt à revenir, pour faire quoi ? Essayer de te changer ? Tu as tout dit, ça ne dépend que de toi »

Quant à cette question, il ne saurait quoi répondre, étirant son dos en fixant cette porte qui restait fermée quoi qu’il puisse advenir d’eux. « Comme toi, une âme errante » à la différence que lui ne s’en prenait pas aux autres quel que soit le caractère, si tenté qu’il le fasse pour une raison telle que protéger, comme il l’avait fait avec L pour Azur. « Que veux-tu que je sois d’autre ? » Il se contenta de le défier, non sans une pointe d’amusement, en réalité, aucun des deux ne se connaissait assez pour prétendre accorder une confiance ou un semblant de confiance étant donné le début de leur relation. Frost n’y avait pas été de main morte, L non plus, les deux s’étaient mal comporté, mais si tout avait été différent, qu’en aurait-il été ? Une question à laquel le givré ne trouverait pas de réponse. Ce qui était fait était passé, il ne reste que cet avenir incertain, une boucle temporelle de laquelle ils ne sortiraient peut-être jamais, à quoi bon se disputer ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

PLUS D'INFORMATIONS
MessageSujet: Re: Le destin des forcenés // ft. L   
Revenir en haut Aller en bas
 
Le destin des forcenés // ft. L
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» l'étrange destin de Benjamin Button
» traduction / je suis le maitre de mon destin, le capitaine de mon âme
» AHN Sae Hee • « Toi seule sera le maître de ton destin... »
» Evreux - Un forcené délogé ce mardi matin par le Raid.
» quand la main du destin s'en mêle

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THAT'S THE SPIRIT! :: West Wing :: Bibliothèque-
Sauter vers: