AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Plus jamais...[Ft L]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Passion
avatar
✦ Chambre N° : Là où tu n'es pas, mais si cela t'intéresse Chambre 12

✦ Ft. : Lunatique ✦ Messages : 1177 ✦ Date d'inscription : 11/08/2017


Peeves
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Plus jamais...[Ft L]   Jeu 4 Jan - 0:42
Hate love you like i do

La colère, un sentiment qui ne m'étais aucunement inconnu, mais pas pour autant familier. Pourtant, ce sentiment s'était imposée à moi sans que je ne puisse y faire quoi que ce soit, il était rare que je m’énerve pour les autres, mais là, il n'était plus question de moi, mais d'une personne à qui je tenais énormément : Never. Plus tôt dans la mâtine, j'avais rejoint mon ami pour que nous puissions discuter des révélation de la veille aussi bien des siennes que des miennes, car je n'avais pu que constater que ce que je lui avais révélé l'avais perturber plus que je ne l'aurais pensée.Quand je m'étais remémoré notre discutions quand je tournais dans mon lit, je m'étais senti mal, car j'avais pu lire tellement de sentiments dans son regard y comprit de la tristesse... Sûrement celle de n'avoir rien vu pendant ce temps, mais il faut dire que j'étais passée maître dans la dissimulation des choses.

Je m'étais retrouvée devant sa porte rentrant comme à mon habitude sans frapper chose que je devrais apprendre à jour, car il pourrait être en bonne compagnie, mais bon d'ici que cela arrive, je pouvais me permettre cette intrusion. Je me souviens aussi d'avoir poussée un petit cri de surprise en le voyant blesser, mille questions étaient passer dans mon esprit, mais les réponses ne pourraient m'être donnée que si je les lui posais.Alors que je le soignais, ma bouche avait laissée sortir des sons qui sont devenu des mot et des questions. Les réponses qu'il me donna me glaçaient le sang, je ne voulais pas y croire et pourtant les fait était là et jamais au grand jamais je ne remettrais en doute ce que Never pouvais me dire. Il m'avait fait promettre de ne rien dire, de ne rien faire, mais c'est quelque chose que je ne pouvais malheureusement pas faire.

Tout cela était donc la raison de ma subite colère. Après avoir laissée Never et lui avoir fait une promesse que je ne pourrais tenir, c'est-à-dire de ne pas aller trouver L, je m'étais donc mis en quête de ce dernier pour pouvoir m'expliquer avec lui. J'avais d'abord simplement frappé à sa porte, mais après un petit moment, je n'avais eu aucune réponse. Je suis donc partie a sa recherche dans tout l'hôtel en commençant par le bar évitant soigneusement d'aller vérifier s'il était avec Dark.Un soupire las franchit mes lèvres tant mes recherches infructueuses augmentais la colère qui grandissait un peu plus en moi. J'avoue que je n'arrivais plus à réfléchir correctement et je ne savais pas non plus comment je réagirais en face de L et je crois que j'avais peur de le savoir, bien que nous ne nous voyons que de manière plus que restreinte mes sentiments pour lui était toujours aussi présent, mais la colère, c'était elle aussi mélanger à tout cela.

Mes pas m'avaient simplement conduit sur le toit, le vent frai fouetta mon visage, changement de température me fit un bien fou. Reprenant petit à petit mes esprits, mes yeux distinguent une silhouette que je pourrais reconnaître entre mille : L. je reste un petit moment sans bouger ni dire quoi que ce soit et pendant une fraction de seconde, je ne fait que l'observer, cet homme qui hante mes rêves et j'oublie même ma colère pendant ce laps de temps. Mais l'image de Never s'impose de nouveau à moi et je m'approche de L toute ma colère revenue et sans m'y attendre moi même, ma main par toute seule pour aller à la rencontre de sa joue, non pas pour une douce caresse comme j'aurais pu le faire habituellement, mais pour une gifle plus forte que je ne l'aurais moi même pensée «  Plus jamais tu pose un doigt sur lui tu m'as bien compris ? » Aucune salutation ou mot doux, il avait touché à la seule personne dont je ne pouvais tolérer la douleur.
© 2981 12289 0


Body Talk
You're always telling about a friend we share Please believe the moments I was there Myself to everyone Reminiscing to mark the time Missing your caress It makes me feel high again You try to take it to your face it's our love drug And this is why you raise your hands like this   Jin Akanishi - Body Talk

Revenir en haut Aller en bas
L
avatar
✦ Chambre N° : Chambre 5

✦ Ft. : Drink, Smoke, Pour Up ✦ Messages : 1553 ✦ Date d'inscription : 18/07/2017


Peeves
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Plus jamais...[Ft L]   Jeu 4 Jan - 2:30

Don't talk to me

Parce qu’après cette nuit assez mouvementé durant laquelle j’avais passé à perdre mon temps dans les bras de July, songeant que de cette façon j’oublierais tout, le temps d’un instant, l’envie de tirer une clope m’avait pris, et pour cela il me fallait prendre l’air frais. J’aurais pu tout simplement fumer dans sa chambre, la fenêtre ouverte, mélangé à son parfum, mais il me fallait être seul. July n’était là que par substitution, elle n’était en rien Passion et jamais ne pourra être comparable à cette femme. Je savais ses sentiments, je savais combien elle aurait aimé que mes yeux se posent sur elle, mais jamais une telle chose ne se produira, jamais.

La chemise blanche déboutonné pendant que mes cheveux en bataille luttaient contre ce petit vent qui soufflait en ma direction, je m’approchais au centre du toit, une clope coincé entre mes lèvres, je ne l’avais pas encore allumée. Levant la tête vers le ciel je fixais ce dernier parsemé d’étoiles pendant qu’une main venait se perdre dans ma chevelure rebelle. Je ne parvenais plus à fermer l’œil de la nuit depuis un certain temps, mon corps se fatiguait et cela impactait également sur mon humeur. Je ne composais plus depuis un certain temps, passant mon temps à boire, faire la fête et partager la couche de tant de femmes jusqu’au petit matin, jusqu’à ce que mon corps s’épuise totalement et m’oblige à me donner repos.  Dormant pendant des heures, je bataillais contre mes démons à chaque fois que je fermais les yeux. J’avais la sensation que cette lutte ne prendrait jamais fin, que je ne parviendrais à revenir à moi, comme si je me perdais dans mes cauchemars, comme s’ils me retenaient, voulant m'enchainer à eux. Pourquoi te tortures-tu tant l’esprit L ? Pourquoi ne pas simplement cesser de regretter et  oublier, tourner la page, en écrire une nouvelle ? Pourquoi était-ce tant difficile de faire abstraction à tout cela ? Peut être bien parce que j’ai une conscience et que cette conscience souhaite à tout prix que je me rende compte de mes actes ? N’était-ce pas suffisant ? Encore combien de temps allais-je m’enfoncer ainsi ? Torture après torture, quelle putain d’éternité était-ce. Alors que je m’apprêtais à allumer ma clope, voulant finir ainsi plutôt que gâcher le restant de ma soirée à songer inutilement à nouveau, je fus arrêter lorsque des pas précipités se frottèrent sèchement au sol, venant en ma direction. Je me retournais afin de distinguer l’auteur de cet horrible son lorsque je reconnu Passion. Fonçant droit en ma direction, j’arquais un sourcil, me demandant ce qui pouvait autant la mettre dans cet état. Son geste suivi de ses paroles explicitaient parfaitement la raison de sa venue.

Ma clope qui s’était écrasée au sol après avoir reçu la gifle que m’avait imposé la belle, me força à fermer un instant les paupières pendant que ma langue venait imbiber ma lippe inférieure avant que je ne la morde. Bien que son nom n’ait été soufflé je savais parfaitement de qui elle parlait. Cet être puéril qui n’a de couilles pour me faire face, était allé pleurer dans les bras d’une femme pour qu’elle vienne ainsi le venger ? Je ne ressentais même pas de colère, j’avais plutôt envie d’en rire, en rire très fort, et c’est ce que je fis d’ailleurs. Rien que d’y songer, je ne pus m’en empêcher plus longtemps. Un petit rire sourd suivit d’un ricanement moqueur en songeant à cette âme faible, ce qu’il pouvait me faire pitié. Je détournais le visage en direction de Passion et la fixais droit dans les yeux. « Sinon quoi ? » Je finis par me baisser, ramassant la clope qu’elle avait fait tomber. Soufflant dessus afin d’ôter la poussière, je finis par me redresser à sa hauteur. « Tu vas finir par me battre ? » Allumant cette même clope, je poursuivais après avoir tiré un bon coup. « Ne me fait pas éprouver plus de pitié que je n’ai déjà pour toi. »

©️ M



Revenir en haut Aller en bas
Passion
avatar
✦ Chambre N° : Là où tu n'es pas, mais si cela t'intéresse Chambre 12

✦ Ft. : Lunatique ✦ Messages : 1177 ✦ Date d'inscription : 11/08/2017


Peeves
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Plus jamais...[Ft L]   Jeu 4 Jan - 6:07
Hate love you like i do

Jamais, je n'aurais cru un jour porter la main sur cet homme qui hantait mes nuits. Mais bien que cela me faisait mal de le faire je ne le regrettais point, Never était une personne trop importante pour moi pour que je laisse quiconque lui faire du mal, et même si cette personne est L. Mes yeux avaient suivit le mouvement de sa cigarette qui avait maintenant rejoins le sol dans un grand silence, avant de revenir sur sa personne. La colère pouvait toujours se lire sur mon visage et je dois dire que sur l'instant, j'en suis heureuse, lui qui ne me connaît que trop bien aurait vu facilement lire mes autres émotions que je ressentais habituellement prêt de lui.

Son rire parvint à mon oreille, ce son qui aurait pu être un enchantement, mais il ne l'était clairement pas. Ce rire moqueur ne me plaisait pas et je n'arrivais pas à le cacher, mon visage exprimait à quel point ce son était comme une agression à mes oreilles. Son visage se tourna vers le mien et ses yeux se fixent aux miens, j'aurais voulu détourner mes yeux de lui, mais comme toujours, je ne le pouvais pas. Sa voix raisonna pour me questionner avant qu'il ne s'abaisser pour récupérer son bâton de nicotine tombé au sol. « Ne le touche simplement plus L il ne t'a rien fait que je sache » il se redresse et de nouveau sa voix me parviens et je ne peux réprimer une grimace quand il me pose sa question « Pourquoi pas ? » Mon regard encré dans le sien « Je n'ai pas peur de toi L », c'était aussi vrai que faux bien sûr que j'avais peur qu'il me frappe, mais de lui... Je n'avais certainement pas la moindre crainte, je ne pouvais pas lui avouer. Il alluma sa cigarette et l'odeur de ce petit bâton empoisonné vient me chatouiller les narines. Je regarde L comme si je regardais un étranger, je ne savais plus quoi pensée, j'avais l'impression de ne plus le connaître. Alors qu'avant cela, j'avais l'impression d'être si proche de lui. Alors qu'au final, je n'étais qu'un autre trou dans lequel réchauffer son entre-jambe quand monsieur avais froid et ça me fait mal encore plus mal que les coups que Dark peux me porter.

Mes poings se serrent alors qu'il me balance à la figure qu'il éprouve de la pitié pour moi... De la pitié. Ce mot, ce sentiment est quelque chose d'horrible, surtout que cela me donne une dernière confirmation que même son amitié pour moi n'est plus qu'un lointain souvenir. Elle a disparu le jour où j'ai écarté les cuisses pour lui. Un petit sourire amusé et sur de moi se peint sur mes lèvres, alors que je ne le suis clairement pas, mais lui montré viendrais à lui montrer que je mérite de sa pitié chose que je ne souhaite avoir de sa personne « Oh, je suis touchée que tu puisses ressentir un tel sentiment pour ma personne moi qui pensais que tu ne ressentais plus rien à mon ami est vraiment partit qu'elle tristesse » Je penche la tête mon rictus amuser sur les lèvres alors que la situation ne m'amuse pas du tout « Si cela peut te rassurer, tu peux te garder ta pitié je n'en ai point besoin surtout d'un type comme toi » les points serrer, je m'approche de lui gardant une certaine proximité ni trop prêt de lui ni trop loin et pourtant même cette distance ne me donne qu'une envie, c'est de me blottir dans ses bras même si ce droit m'est désormais interdit « Aller jusqu'à rendre dans un tel état Never... C'est Dark qui t'a demander de faire ça ? Ou tu l'as fait de ton propre chef ? » J'avais posé ma deuxième question en pointant sur son torse un doigt accusateur. J'avoue ne pas savoir laquelle de ces deux options me répugnais le plus. Que ce soit Dark qui lui ai demander, car j'étais trop proche de lui à son goût. Où L qui l'aurait fait par pur plaisir ou par jalousie ou je ne sais quoi d'autre « Never est quelqu'un d'important pour toi, je ne tolérerais pas que toi ou quiconque lui fasse du mal, que ce soit toi où même Dark lui-même »  Je le regardais toujours « Et je suis contente de savoir qu'a tes yeux, je ne suis qu'une putain, merci pour ce joli petit surnom je n'aurais pas trouver mieux » cela m'avais blesser quand Never m'avait avoué que c'est comme cela que L me qualifiais, ce n'était pas faux, mais cela faisait tout de même mal qu'une personne que vous aimez, parle de vous en ses termes-ci.
© 2981 12289 0


Body Talk
You're always telling about a friend we share Please believe the moments I was there Myself to everyone Reminiscing to mark the time Missing your caress It makes me feel high again You try to take it to your face it's our love drug And this is why you raise your hands like this   Jin Akanishi - Body Talk

Revenir en haut Aller en bas
L
avatar
✦ Chambre N° : Chambre 5

✦ Ft. : Drink, Smoke, Pour Up ✦ Messages : 1553 ✦ Date d'inscription : 18/07/2017


Peeves
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Plus jamais...[Ft L]   Jeu 4 Jan - 16:26

You better stop

Je détestais la façon dont elle parlait de lui, la façon dont elle s’approchait de lui, dont elle le considérait tout bonnement. De la jalousie ? Ouais, cela en était, et alors ? N’avais-je le droit ? N’avais-je le droit de l’envier pour ce qu’il représentait à ses yeux ? Les paroles de l’autre abruti, m’assurant qu’une simple amitié s’était forgée entre eux me faisait bien rire. De quelle amitié parlait-il ? Y avait-il seulement une seule ombre d’amitié entre ces deux là ? Quelle femme irait jusqu’à menacer un autre de ses amis, ainsi que son propre petit ami pour une soit disant autre amitié ? Foutaise, ironie, puéril. Deux fois, deux fois avait-elle affirmé, et je ne saurais cacher le dégoût qui montait en moi, bien que je m’efforce tant bien que mal à le garder pour moi. Je m’étais promis que je ne ferais plus jamais tomber à nouveau le mur que j’avais tant bâtit, mais cela me semblait si irréalisable. En toute vérité, je détestais bien plus de le savoir à ses côtés que savoir Dark la frapper. N’était-ce pas ignoble ? Après tout elle était sienne, celle qui partageait une histoire avec Dark, du moins c'est ainsi que cela devait être.  

Continuant à fumer ce joint alors que je m’apprêtais à la contourner pour quitter les lieux, bien décidé que la discussion s’arrêterait ici au détriment de me voir tourner au quart de tour, je fus stopper lorsque ses mots parvinrent à mon ouïe. Des mots qui ne m’avaient laissé indifférent, des mots qui m’avaient blessé sur le coup. M’arrêtant net, j’ôtais la cigarette coincé entre mes dents, venant l’écraser au sol bien que je n’avais terminé de la consommer en sa totalité. L’écrasant de mon pied avec suffisamment de force pour qu’on entende le son du papier brûlé contre le parterre, je terminais par passer la tête par-dessus mon épaule avant de me tourner complètement, lui faisant à nouveau face, pendant que mes mains allaient se réfugier à l’intérieur des poches de mon jeans.

Elle s’était avancée, rapprochée de quelques pas tout en gardant une certaine distance néanmoins. Me regardant, plongeant son regard dans le mien, elle me faisait face tout en poursuivant continuellement à me partager au sujet de l’autre. N’allait-elle donc pas se taire ? Lorsqu’elle me pointa du doigt tout en me posant cette question afin de déceler le vrai du faux, cherchant désespérément une réponse, je ne pu m’empêcher de pouffer un léger rire. Tant d’accusation, si persuadée que nous étions fautif, du moins l’un des deux. Je ne dis rien dans un premier temps, attendant simplement la suite, car oui, je savais qu’elle ne lâcherait l’affaire de si tôt.
Mes yeux se fermèrent un instant, le temps qu’elle achève son discours. Ce fut seulement lorsque je m’assurais que le silence nous faisait honneur de sa présence, que je les ouvris et plongeais mon regard dans le sien. « Et bien cogne. » Avais-je simplement lâché. Mon regard se faisait neutre, le son de ma voix l’était tout aussi, l’expression faciale de même, tout était. « Cogne très fort. Et ne te loupe pas cette fois. » Je sortis les mains de mes poches et les posais sur chacune de ses épaules tout en ne la lâchant pas du regard. La regardant intensément, je poursuivis, « Qu’est ce que cela peut te faire de savoir qui est le coupable puisque de toute évidence ton choix est fait. » Je lâchais prise suite à mes mots et la contournais. « L’un ou l’autre, il n'y a de différence. »

©️ M



Revenir en haut Aller en bas
Passion
avatar
✦ Chambre N° : Là où tu n'es pas, mais si cela t'intéresse Chambre 12

✦ Ft. : Lunatique ✦ Messages : 1177 ✦ Date d'inscription : 11/08/2017


Peeves
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Plus jamais...[Ft L]   Mar 16 Jan - 21:37
Hate love you like i do

Un soupire las s'était échapper de mes lèvres alors que j'achevais ma tirade pleine de reproche à son égard. Le silence était devenu notre ami le temps de quelques instants ne laissant parvenir à mes oreilles le bruit ambiant ainsi de le son de sa respiration. Je croise mes bras sous ma poitrine, son regard s'encre dans le mien toujours remplis de colère envers sa personne. Son regard posé sur moi ne laissait rien transparaître sa voix l'était tout autant rien si j'avais l'impression d'avoir un étranger devant moi, ce regard sur moi me donnait l'impression d'en être une à ses yeux également, mais comme depuis le début de notre conversation, je ne laissais pas mes émotions contradictoire envers lui montrer le bout de leurs nez.  Le cogné dieu que j'en avais envie à l'heure actuelle le cogné aussi bien pour ce qu'il avait fait a Never que pour évacuer toute la frustration qu'il me faisait ressentir « Même si je te cognais L et putain que j'en ai envie, on sait tous les deux qu'a par un coup bien sentit dans les parties je ne te ferais pas grand mal, mais je suis ravie que tu suggère quand même l'idée » J'essayais de lui tenir tête comme je le pouvais, mais on savait aussi tout deux que l’illusion ne marcherais pas très longtemps malheureusement pour moi.

Ses mains se posent sur mes épaules sans pour autant me lâcher du regard, j'ignore le frisson que ce geste peux simplement me procurer, écoutant simplement ses paroles me concentrant uniquement dessus. Qu'est-ce que cela peut me faire ? C'est sûr qu'on tape sur mon meilleur ami et cela devrait me laisser totalement indifférente et ne pas me faire poser de question. Il finit par me lâcher et alors que j'allais enfin ouvrir la bouche, mais comme souvent, il me devance et cette fois, c'est moi qui ris a ses mots quand il me dépasse « Tu pense sérieusement qu'il n'y a aucune différence L ? » Je me retourne et le regarde bien qu'il soit pour le moment dos à moi « Si pour moi, il y en a une et une grande même ! » Je me poste devant lui et le regarde dans les yeux de nouveau à quelques centimètres de sa personne « Si c'est Dark qui l'avait demander je m'en prends à la mauvaise personne, car tu n'auras fait qu’exécuter les ordres comme un petit toutou et un petit copain jaloux je connais donc il n'y aurait aucune surprise à cela » Quoi que, si Dark aurait plutôt été lui régler son compte lui même et l'aurais sûrement beaucoup plus amocher que cela et je ne l'aurais sûrement plus vu pendant un long moment jusqu'à ce qu'il réapparaisse par je ne sais quel miracle. Je soupire et passe une main dans mes cheveux qui se retrouve désordonner par le vent « Par contre si tu l'as fait de ton propre chef... » Je penche la tête sans pour autant le lâcher du regard « J'ai beau chercher je ne vois pas de raison » je soupire encore une fois et la conversation avec Never me reviens en tête et je ferme les yeux un instant lâchant un soupire en sachant que la question que j'allais lui poser était absurde au plus haut point « A moins que ce ne soit le fait que je sois proche de lui qui te dérange et que tu la provoquer pour cela ? » Totalement absurde comme question et un petit rire, s'échappe de mes lèvres « Non.. Y a aucune raison que tu ne sois jaloux, c'est juste le fais que l'on a pu toucher la putain de Dark qui est dérangeant »Je secoue la tête, je ne sais pas si j'ai envie de le balancer du toit rire ou pleurer finalement.
© 2981 12289 0


Body Talk
You're always telling about a friend we share Please believe the moments I was there Myself to everyone Reminiscing to mark the time Missing your caress It makes me feel high again You try to take it to your face it's our love drug And this is why you raise your hands like this   Jin Akanishi - Body Talk

Revenir en haut Aller en bas
L
avatar
✦ Chambre N° : Chambre 5

✦ Ft. : Drink, Smoke, Pour Up ✦ Messages : 1553 ✦ Date d'inscription : 18/07/2017


Peeves
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Plus jamais...[Ft L]   Mer 17 Jan - 1:20

Faith

Notre relation se dégradait définitivement. J’ignorais où nous en étions, ce que nous étions, il n’y avait plus tellement de sens à tout cela, nous nous perdions l’un et l’autre, mais surtout l’un pour l’autre. Je me souviens encore de ses paroles lors de notre dernier entretien, alors qu’elle était venue chercher vérité à ses soupçons, les voir et entendre de ma propre bouche les avait-elle anéantie ? Comment s’était-elle sentie suite à cela ? Avait-elle digéré le fait que j’avais ignoré sa vérité ? Parce que, quant à moi, je n’étais parvenu à oublier l’aveu qu’elle m’avait fait avant que je ne la pousse à bout. M’engouffrant davantage dans mes tourments, peut être aurais-je mieux fait de me taire, cela aurait évité de compliquer la situation déjà parfaitement critique. Pire y avait-il ?
Alors que je m’apprêtais à regagnais l’intérieur, totalement blasé de cette discussion si l’on pouvait la nommait comme tel, je fus à nouveau stopper par cette même personne, bien que cette fois, elle eut l’audace de se mettre sur mon chemin.  Fronçant les sourcils lors de son apparition, il semblait bien que la gente dame avait encore son mot à dire.  Encore. N’était-ce pas suffisant ? Ne s’était-elle déjà pas assez acharnée de ses mots et ses gestes ? Que devait-il y avoir de plus ? Ses yeux s’étaient encrés à nouveau dans les miens, m’interrogeant du regard pendant qu’elle laissait ses émotions parler que trop. Cela en était trop. Aggravant l’état, rendant cela beaucoup plus infernal, lorsqu’elle souffla le nom de Dark, supposant que j’avais agis sous ses ordres tel un chien fidèle à son propre maitre, une vague d’émotions ne put s’empêcher de monter en moi, très vite, une main s’était levée à la hauteur de son visage jusqu’à que celle-ci fut retenue alors que d’autres mots s’ensuivirent dans son discours. M’arrêtant net, alors que ses mots continuaient de résonner et se répéter à chaque seconde écoulée, je repliais mes doigts au creux de la paume de ma main et d’un geste rapide je détournais le regard tout en abaissant cette même main qui aurait pu partir contre sa joue si elle ne m’avait retenue à temps. « Cesse de t’attirer les ennuis. » Me tournant dos à elle, je tentais de recouvrir à mes émotions que j'avais tant mal à contrôler. Ce dont j’avais horriblement envie en cet instant même me serait fatal, je savais combien si je cédais, le mur disparaîtrait définitivement, et plus jamais il ne serait à nouveau battit. Vous est-il déjà arrivé de ne pouvoir partager à quiconque ce que vous ressentiez ? Au point de suffoquer atrocement, vous laissant mourir simplement ? Lorsque vous ne savez à qui vous confier, lorsque vous savez combien si vous parlez, on vous punira. Ma voix s’était faîtes petite, presque inaudible, m’avait-elle au moins entendu ? « Coups après coups, n’en as-tu jamais assez ? » Je restais toujours de dos. « En effet, tu es sa putain. » Je pouffais légèrement de rire. « Par conséquent, personne d'autre ne peux plus te toucher. » Il n’était question qu’elle le déteste, qu’elle se mette à le haïr. Je savais des choses qu’elle ignorait, des choses dont jamais elle n’imaginerait, des choses qu’elle ferait mieux de n’avoir connaissance. Aujourd’hui et dans les jours à venir, et ce pour toujours, tu ne blâmeras que moi.
©️ M



Revenir en haut Aller en bas
Passion
avatar
✦ Chambre N° : Là où tu n'es pas, mais si cela t'intéresse Chambre 12

✦ Ft. : Lunatique ✦ Messages : 1177 ✦ Date d'inscription : 11/08/2017


Peeves
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Plus jamais...[Ft L]   Mer 17 Jan - 18:30
Hate love you like i do

Encore une fois, ma main partie se perdre dans mes cheveux que le petit vent continuait de rendre totalement indomptable. Mais malgré cela, mes yeux ne le lâchaient pas une seule seconde, ce visage que je connaissais par cœur. Malgré que je ne lâchais du regard le siens quant à lui, s'était détourner de moi tout en abaissant cette main que j'avais pu voir se lever prêt de mon visage quelques instants plus tôt alors que des mots sortaient de ma bouche. Sa voix, c'était élever pour me dire de cesser de m'attirer des ennuis, je secoue légèrement la tête et ferme quelques instant les yeux alors que lui me tourna de nouveau le dos. Alors que mes yeux s'ouvrent de nouveau sur son dos, ma main se lève un instant voulant se poser dessus, mais je me ravise très vite, non, je ne devais pas « Je suis plus douer pour m'attirer les ennuies plutôt que de les éviter L tu devrais le savoir » n'avais-je pus m'empêcher d'ajouter cette petite vérité sur moi.

J'allais de nouveau me perdre dans mes pensées quand sa voix se fait de nouveau entendre, sans même se retourner sur moi, il avait ouvert la bouche me questionnant si malgré les coups, je n'étais pas las. Je me retenais de lui rétorquer que les coups ne pleuvaient que quand je me faisais attraper. Non pas que je n'en étais pas las, mais je me connaissait assez pour savoir que malgré eux j'irais quand même chercher l'attention que je veux ailleurs. Pareil pour mon amitié avec Never, je supporterais les coups pour elle, mais je ne savais si Never lui le pourrait. Il continua sur sa lancée et je ne peux nier que les mots putain sortant de sa bouche me font mal, j'avais entendu de la bouche de Never que L m'avait nommer ainsi, mais l'entendre de mes propres oreilles rendait cela, je ne sais pas... Plus vrai ? Alors c'était vraiment ce que j'étais juste la putain de Dark à ses yeux. Je sais que Dark lui ne m'appelais pas ainsi, donc ces mots ne venaient que de L. Il pouffe de rire en ajoutant que plus personne ne peux donc me toucher désormais. Je ne sais pas à quel moment, mais mes yeux, c'était rempli de larmes et sans que je ne fasse quoi que ce soit pour les retenir elles se mettent à couler. Sur le coup, je dois dire que le fait qu'il soit dos à moi m'arrange grandement, déjà que je lui fais pitié là j'aurais l'air plus que pathétique à ses yeux.

Un petit silence s'était installé, mais rapidement, j'essuie mes larmes bien que cela ne suffira pas à cacher le fait que des larmes on couler. Je souffle un petit coup histoire de reprendre un peu plus contenance « Pour ce qui est des coups que je reçois cela n'est pas ton affaire » je priais intérieurement pour qu'il n'ait pas remarqué les craquements dans ma voix, je ne crois pas que je supporterais ses moqueries « Juste pour info, une putain ce fait payer pour coucher moi non, donc le mot juste serais salope plutôt » Je ris alors que le cœur n'y est clairement pas « Plus personne ne peux me toucher hein, pourtant, il me semble que tu as sus toucher quand tu l'as voulu et pas qu'une fois! » Ma voix craque une nouvelle fois et mes larmes coulent de nouveau et merde « Maintenant que toi non plus tu ne touche plus personne n'a le droit sauf Dark ? Et donc tu tapes sur mon ami parce que lui non plus n'a pas le droit de m'approcher ? » Je ne le regarde désormais plus préférant regarder l'horizon, mes pensées commencent à ne plus vraiment être cohérentes. Je suis de base venue régler mes comptes avec L pour Never, mais finalement, je ne peux m’empêcher d'être embrouillé quand je suis prêt de lui. « Tu es vraiment la dernière personne avec qui je pensais m'engueuler ainsi un jour mais tu me déteste a ce point pour t'en prendre a mon ami ? » Mes bras se croise de nouveau sous ma poitrine « Quand tout ça est partie en vrille... » Avais-je murmuré simplement pour moi-même
© 2981 12289 0


Body Talk
You're always telling about a friend we share Please believe the moments I was there Myself to everyone Reminiscing to mark the time Missing your caress It makes me feel high again You try to take it to your face it's our love drug And this is why you raise your hands like this   Jin Akanishi - Body Talk

Revenir en haut Aller en bas
L
avatar
✦ Chambre N° : Chambre 5

✦ Ft. : Drink, Smoke, Pour Up ✦ Messages : 1553 ✦ Date d'inscription : 18/07/2017


Peeves
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Plus jamais...[Ft L]   Jeu 18 Jan - 1:50

Like strangers

J’étais resté dos à cette femme qui m’était devenue étrangère à présent. Nous ne partagions plus aucun lien, seul dégoût et haine se mettaient entre nous. Si nous n’avions su céder aux plaisirs charnels serions nous restés en bon terme aujourd’hui ? Si nous n’avions laissé nos corps mais surtout nos cœurs s'exprimer, serions nous toujours amis ? Difficile à imaginer quand cela semble impossible à penser. Je fermais les yeux le temps d’un instant, ce silence qui s’offrait à nous m’était si reposant, si agréable que j’aurais prié longtemps pour qu’il s’éternise, mais malheureusement cette personne l’interrompis bien trop vite, pas une minute ne s’était écoulée, que toute mon attention se focalisa à nouveau sur ses dires. Même si je n’en avais envie, quoi que je fasse, ce fut comme si mon corps avait pris cette habitude de prêter attention à cette femme. Pour toutes les fois où elle s’était réfugiée dans mes bras, pour tous ces instants précieux durant lesquels nous nous étions reposés l’un sur l’autre, des souvenirs encrés dans mon esprit qui jamais ne s’effaceront, je priais très fort pour que si nous devions nous réincarner, et nous rencontrer dans une autre vie, nous n’aurions à subir une telle torture. Je le souhaitais oui, très fort.

Un sourcil s’était arqué lorsque le son de sa voix s’était fait presque inaudible, dévoilant toute l’émotion qui la submergeait en ce moment même, que trop d’émotions. Une déchirure semblant être si atroce qu’elle en perdait même sa propre voix. Mon corps tout entier n’avait pu rester indifférent à cela, réagissant au sien. Mon cœur s’était mis à battre à la chamade et bien que nous étions dehors, ayant la chemise déboutonnée, des frissons avaient parcouru mon corps, une énorme bouffée de chaleur s’était emparée de moi lorsque je me rendis compte qu’elle tentait tant bien que mal de paraître forte face à moi. Jusqu’au bout elle préférait me tenir tête, bien qu’en réalité son corps parlait pour elle, révélant ouvertement son état désastreux.

Non pas une, mais plusieurs larmes avaient dû couler le long de son visage abîmé par l’amertume. Je n’osais me retourner et la voir dans cet état, je n’avais clairement la force d’y faire face. Préférant simplement serrer des poings et des dents, je me contenais silencieusement pendant qu’elle continuait à déverser toute sa colère à mon égard. Une colère qui semblait être devenue plus personnelle en l’espace d’un instant. À quoi tout cela rimait donc ?
Mes yeux se fermèrent à nouveau tandis que sa question résonnait dans mon esprit perturbé plus qu’il ne l’était déjà en temps habituel. La détester ? Jamais, jamais je ne pourrai détester sa personne, mais avais-je seulement une autre solution que prétendre la répugner ? Quel autre chemin pouvais-je emprunter afin d’apaiser le coeur de plus d'une âme ?

L’ayant suffisamment laissé patienter dans le silence, je finis par me tourner afin de lui faire face. Mon regard ainsi que l’expression de mon visage se firent neutre, me forçant à ne laissé paraître aucune émotion encore une fois, m’accoutumant à nouveau de ce masque bien qu’au plus profond de mon être, je la suppliais silencieusement de cesser de pleurer. Rien ne devait être dévoilé, pour rien au monde. « Je te pensais plus intelligente que cela Passion. » Passant une main dans mes cheveux, semblant totalement las de la situation, je les décoiffais d’un revers de main pendant que mon regard se posait sur sa personne, bien que le sien avait rejoint d’autres horizons. « Te toucher était ma plus grosse erreur. » Des images de nos passés défilèrent les une après les autres, me remémorant toutes les fois où nous l’avions fait. « Je regrette, ouais. » Je ne regrettais rien, je ne regrettais pas de l’avoir aimé pendant un temps, même si ce fut éphémère, il eut un temps, un temps précieux que je chérirai dans un coin reculé de mon coeur. Puisses-tu un jour me pardonner?


" I can be tough, I can be strong but with u it's not like that at all. Damn, damn, damn, what I'd do to have you, here, near. " - Avril Lavigne
©️ M



Revenir en haut Aller en bas
Passion
avatar
✦ Chambre N° : Là où tu n'es pas, mais si cela t'intéresse Chambre 12

✦ Ft. : Lunatique ✦ Messages : 1177 ✦ Date d'inscription : 11/08/2017


Peeves
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Plus jamais...[Ft L]   Jeu 18 Jan - 20:31
Hate love you like i do

Mon regard qui s'était perdu dans l'horizon se ferme quelques instants profitant juste du silence quelques instant. Je n'arriverais sûrement jamais à m'habituer à ce que notre relation soit telle qu'elle était maintenant, lui qui était mon ami avec lequel je pouvais rire et parler sans crainte avoir goûté au fruit défendu nous a fait petit à petit être désormais semblable à deux âmes en conflit qui ne peuvent s’éviter.Mes larmes coulent toutes seules sans que je ne fasse quoi que ce soit pour les effacer, à quoi bon ? Mes yeux ne prennent pas la peine de se tourner vers lui quand du coin de l’œil, je le vois se tourner vers moi. Je ne supporterais pas d'avoir une fois le droit qu'a un visage neutre, ce qui me fait de nouveau soupirer légèrement, même un visage en colère aurait été plus supportable de ce visage. Sa voix elle aussi se fait de nouveau entendre, je le fixe sans prendre le temps d'essuyer les sillons humides que mes larmes on laisser concentrer à l'observer et l'écouter.

Je me mords l'intérieur de la joue quand ses mots me parviennent et je retiens un simple A qui le dit tu quand il mentionne le fait qu'il me pensait plus intelligente que cela. S'il savait à quel point, je le pensais moi aussi. Si je l'étais, je ne serais pas ici, je pense, je ne l'avais pas retenu quand il a voulu partir la première fois et je n'aurais pas à écouter des choses que je le sais ne vont pas me plaire. Je sentais son regard sur moi, mais je n'osais tourner le mien vers lui. Je savais que je craquerais une nouvelle fois si je le faisais et je ne voulais pas.

Je me suis figée, mes ongles s'enfoncent violemment dans mes mains, et au vu de la longueur de mes ongles, je ne donne pas cher de l'état de mes paumes. Donc me toucher était une erreur ? Il regrettait ? J'avais du mal avaler ma salive et mes yeux s'étaient de nouveau remplis de larmes. J'aurais, je crois préférer ne jamais entendre ces mots-là. Je baisse la tête quelques instants, l'entendre comme ça fait plus mal que je ne l'aurais cru. Presque aussi mal que lorsque j'ai appris qu'il s'était épris d'une femme. Mon regard se tourne vers lui et je n’essaie même plus de cacher quoi que ce soit, de suis mauvaise comédienne face à cet homme de toute façon, je sais bien que depuis le début lui tenir tête était ridicule « Désolé de ne pas être.. Aussi intelligente que tu ne le pensais et d'être plus conne que je ne le croyais » je souffle une nouvelle fois pour essayer de reprendre quelque peu contenance « Quelle drôle d'erreur répéter à plusieurs reprise, tu ne crois pas ? »  Je le regarde toujours, ce visage neutre que j'aurais tellement voulu voir s’effrite pour laisser place à n'importe quelle autre émotion. « Tu veux que je te dise, mon plus gros regret.... » J’hésite un instant, mais comme pour la dernière fois, je sais qu'il ne dira ni ne fera quoi que ce soit « Mon plus gros regret est d'avoir eu et d'avoir encore des sentiment pour un type comme toi » Mes paumes me sont douloureuse de leurs avoirs infliger mes ongles, je sens la douleur, mais elle n'est que secondaire « Enfin, j'étais venu pour te demander de ne plus toucher à Never et c'est tout » Je soupire et essuie les dernier résidu de larmes qui menaçaient de couler. « Je peux compter sur le fait que tu le laisseras tranquille ? Ou je peux cordialement aller me faire voir ? » Je n'y croyais pas, mais qui ne tente rien n'a rien...
© 2981 12289 0


Body Talk
You're always telling about a friend we share Please believe the moments I was there Myself to everyone Reminiscing to mark the time Missing your caress It makes me feel high again You try to take it to your face it's our love drug And this is why you raise your hands like this   Jin Akanishi - Body Talk

Revenir en haut Aller en bas
L
avatar
✦ Chambre N° : Chambre 5

✦ Ft. : Drink, Smoke, Pour Up ✦ Messages : 1553 ✦ Date d'inscription : 18/07/2017


Peeves
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Plus jamais...[Ft L]   Mer 21 Fév - 17:29

Like strangers

Mensonge sur mensonge, voilà comment se résumait mon existence parmi l’au-delà. Je ne comptais plus le nombre de fois où je m’étais obligé à mentir. Mentir à mes amis, mentir aux personnes qui me sont chères. Peut n’aurais-je jamais dû, peut être que si je n’avais su céder, je ne me serais obligé à cacher la vérité, à me perdre dans ces mensonges qui n’en finissaient plus à présent. Comment est-ce que tout cela est arrivé ? Comment est ce que de simples sentiments ont pu me guider jusque là ? La faute à l’amour, voilà ce que j’en dis.
Si seulement je pouvais me permettre de la prendre dans mes bras, la serrer contre moi le temps d’un instant, le temps de lui dire combien je l’aime, combien je la désire si ardemment, mais qu’il m’est impossible de franchir le pas, que nous ne sommes destinés à être ensemble. Les mots qu’elle avait prononcés m’étaient si poignants que j’étouffais intérieurement. Deux vérités avaient éclaté en même temps dans cette révélation, deux vérités si déchirantes qu’elles persistaient à résonner dans mon esprit, à me rappeler que je n’étais qu’un simple idiot, incapable de maîtriser mes sentiments et cette situation devenue de plus en plus pesante. « Le penses-tu vraiment ? » Mes songes parlaient pour moi. Ouvertement je lui avais demandé si elle regrettait sincèrement d’avoir eu des sentiments et d’avoir encore aujourd’hui des sentiments pour moi. « Le regrettes-tu réellement ? » Encore une fois mes pensées s’étaient exprimées librement. Je n’attendais franchement aucune réponse de sa part, car au fond je la connaissais. Je savais ce qu’elle me dirait.
Mon regard ne lâche le sien une seule seconde, totalement figé, je reste là, à la fixer silencieusement, la laissant s’exprimer sans jamais ne l’interrompre une seule fois, jusqu’à ce que mes yeux retracent le même chemin que sa main effectue en venant se débarrasser des dernières larmes qui persistaient à demeurer sur son joli visage de poupée. J’ignore ce qui m’a pris, mais je me suis avancé doucement, de quelques petits pas, suffisamment afin de rétrécir cet espace que nous nous étions créés depuis le début de cette confrontation. Ma main s’était levée à la hauteur de son visage, prête à essuyer ces larmes qui avaient coulées par ma faute. Comme j’aimerais pouvoir lui dire, oh oui, comme j’aimerais.
Je ne dis rien, gardant le silence, ma main avait terminé par attraper son épaule et l’obliger à se blottir contre moi. Elle remonta jusqu’à aller se réfugier dans sa chevelure ébène. Restant ainsi pendant un moment, j’ignore combien de temps nous nous sommes éternisés sur ce toit.

" I can be tough, I can be strong but with u it's not like that at all. Damn, damn, damn, what I'd do to have you, here, near. " - Avril Lavigne
©️ M



Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Plus jamais...[Ft L]   
Revenir en haut Aller en bas
 
Plus jamais...[Ft L]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Jamais trop tard pour bien faire
» 45m de pleurs :plus jamais ça !
» La SV plus que jamais
» Le papier ne sera jamais mort ^^
» Les Fautes de français ? Plus jamais ! de Julien Lepers

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THAT'S THE SPIRIT! :: Archives :: Dead RP-
Sauter vers: