Accueil  Calendrier  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Lost in maze [Feat L]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Passion
Peeves
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
PLUS D'INFORMATIONS
MessageSujet: Lost in maze [Feat L]   Sam 14 Avr - 17:53
Sorry, I'm lost
Les genoux pliés contre ma poitrine, je regardais d'un œil fatiguer le spectacle de ma chambre qui n'était plus qu'un grand bazar. Vu le calme olympien dont je faisais preuve, il était presque impossible que les gens se doutent ne serais ce qu'un instant que la tornade qui a causer un tel désordre est ma propre personne. À vrai dire même moi, j'avais du mal à y croire, comment avais-je pu laisser mes émotions prendre une telle ampleur ? Je me suis laissée déborder pars ce flot de sentiment contradictoire. Pendant un instant, je ferme même les yeux pour essayer de calmer la nouvelle vague qui promettait de me rendre encore plus perdu dans ce tourbillon sans fin où était mélanger, colère, tristesse, lassitude et j'en passe trop de contradiction pour mon esprit déjà tourmenté par un flot insaisissable de questions qui ont toutes en commun ce même mot : pourquoi ? Tellement de pourquoi qui mériterait d'obtenir des réponses, mais je commençais à comprendre qu'ici les réponses étaient une chose tellement rares que l'ont fini par finalement par ne plus croire possible de n'obtenir même que le soupçon d'un indice.

Un soupire franchit la barrière de mes lèvres, je n'aurais pas dû m'emporter comme cela pour si peu, mais ce qui s'est passer sur ce toit et quand je revois Never mal en point trop d'émotions se sont bousculer et j'ai craqué. Je me redresse et contemple l’ampleur des dégâts et une grimace se peint sur mon visage, je n'y suis pas allé de main morte. Ma lampe brisée et un bordel sans nom, sans parler de certains de mes vêtements au sol. Non vraiment, je pense que j'ai vraiment laissé les émotions l'emporter et pour rien. Pour rien.. Cela est un grand mot, je trouve, c'est juste L qui me donne encore l'impression de ne plus savoir sur quel pied danser... Encore une fois.

Une petite douleur se fait sentir quand je commence à ramasser les bouts de lampe au sol, mon regard se porte automatiquement vers la source de la douleur qui n'est autre que ma main. Je ne peux que constater que dans ma stupide idée de vouloir ranger le désordre qu'est l'endroit où je passe le plus clair de mes nuits, dans un sens je ne peux qu'être soulagé que Dark soit trop occuper pour venir me voir, je n'aurais su comment lui expliquer le pourquoi du comment. En pensant à lui, je pense aussi à Never sur le coup lui aussi ne comprendrais pas, d'ailleurs avec le bordel que j'ai dû faire, je suis surprise qu'il ne soit venu frapper à ma porte, sûrement est il de sortie ? Ce qui n'est pas plus mal non plus, je m'en serais voulu de l'inquiéter outre mesure.

Je fouille ma chambre pour essayer de trouver quelque chose pour me soigner, mais hélas, je n'ai rien dans ma chambre, ou plutôt, je n'ai plus rien, car j'ai utilisé ce qu'il me restait pour aider à soigné Never, qui douer comme il était n'avait pas pu le faire lui-même. Je sais bien que nous guérisons très rapidement, mais certaines choses mettent plus de temps que d'autre à se soigner. Je fouille ma chambre pour essayer de trouver quelque chose pour me soigner, mais hélas, je n'ai rien dans ma chambre, ou plutôt, je n'ai plus rien, car j'ai utilisé ce qu'il me restait pour aider à soigné Never, qui douer comme il était n'avait pas pu le faire lui-même. 

Je sors donc de ma chambre direction l'infirmerie, je me sens un peu plus calme et tant mieux et la petite douleur à la main me permet de ne plus penser à rien. Arrivé à destination, je frappe, mais personne ne me répond, je pénètre donc sans y être invité dans la pièce qui malgré son absence de présence se trouve ouverte ce qui je dois le dire m'arrange, peut-être que l'heure y était grandement pour quelque chose. Alors que je suis en train de prendre ce qu'il faut pour me soigner j’entends la porte s'ouvrir m'attendant a trouver la personne en charge de cette pièce  « Désolée la porte était ouverte alors je... » En parlant, je me suis retourné pour tomber sur L ce qui m'avait couper dans mon élan. Je me retourne sans finir ma phrase, je ne sais pas ou nous en somme lui et moi et je ne saurais quoi dire ni faire. Je Continu donc ce que je suis en train de faire, mais la curiosité est trop forte « Que fait tu ici ? » Ma voix est ni froide ni chaleureuse, elle est simplement neutre, le plus neutre que je le puisse en cet instant.
© 2981 12289 0


Body Talk
You're always telling about a friend we share Please believe the moments I was there Myself to everyone Reminiscing to mark the time Missing your caress It makes me feel high again You try to take it to your face it's our love drug And this is why you raise your hands like this   Jin Akanishi - Body Talk

Revenir en haut Aller en bas
L
Peeves
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
PLUS D'INFORMATIONS
MessageSujet: Re: Lost in maze [Feat L]   Mar 1 Mai - 20:51
Is it the end?
Combien de jours s’étaient écoulés depuis notre dernière entrevue ? Je l’ignore. Je ne sais plus. Je n’avais songé qu’à tout ce qu’elle m’avait partagé le concernant, me concernant, et nous concernant. Ce « nous » qui n’existait plus depuis déjà un bien grand moment. Quand avait-il disparu ? Quand avait-il laissé place à un espace vide empli que de souvenirs lointain ? Étions-nous toujours amis ? Avant d’être amants, c’est ce que nous étions : des amis qui s’entraidé, qui se soutenaient et se réconfortaient quand tout devenait trop dur à supporter.   À présent, je ne savais si nous pouvions encore aujourd’hui oser parler d’amitié. Ce mot était de trop, j’en avais la certitude. À qui la faute ?
Je n’avais totalement recouvert à mes esprits. La nuit dernière avait été atrocement agitée. Je m’étais souvenu partir faire la fête avec la bande, comme à nos habitudes, avant d’ingurgiter plusieurs verres les uns à la suite des autres, laissant l’alcool prendre tout son effet au fur et à mesure que le temps s’écoulait. Je n’avais la tête à rien, à rien d’autre qu’à elle.  Comment était-il possible qu’une seule et unique personne pouvait nous rendre ainsi ? Capable de nous meurtrir à un tel point que nous n’avons plus goût à rien. Comme si la vie perdait tout son sens.

Alors que je sortais du lit de la jeune inconnue avec qui j’avais très certainement passé la nuit, j’enfilais en vitesse mon jeans troué et ma chemise à carreaux sur les épaules avant de tituber en direction de la sortie pendant que la belle se réveillait doucement. « Casse-toi, tu me fais chier. » lui avais-je simplement balancé alors qu’elle tentait de me retenir par les mots. Un mal de crâne affreux venait cogner très fort, me faisant rappeler ma soirée déchantée. Tu as joué, alors tu as bien mérité. « Putain, où est ce qu’elle se trouve déjà cette infirmerie… » Je continuais d’avancer en tentant de rester droit, bien qu’en réalité je me trouvais plié en deux, à moitié courbé, en train d’errer dans ces interminables couloirs qui se ressemblaient tous. Je n’allais jamais à l’infirmerie, ou que très peu, alors imaginez combien ce devait être un vrai parcours de combattant pour moi. Ironique.
Je ne savais vraiment où j’allais, de vagues souvenirs me guidaient par ci, par là, et je finissais par m’arrêter face à une porte, qui pour moi, me devait être là, l’infirmerie. J’entrais sans nulle gêne, comme si cela avait été ma chambre. Je tournais la poignée avant de faire un léger pas à l’avant. Tenant toujours celle-ci dans ma main, mes yeux s’étaient posés sur le dos de cette femme qui ne tardait pas plus longtemps à se retourner face à moi. Les yeux dans les yeux, ma poignée s’était resserrée tandis que son regard avait déjà quitté le mien. Reprenant ses préoccupations, elle fit comme si de rien n’était. Oubliant les salutations, tous ces rites et ces habitudes auxquels nous nous étions accoutumés.  Tout cela n’existait plus, tout cela avait disparu dorénavant.

Lâchant la poignée de la porte, je restais de marbre face à cette personne qui ne daignait une seule attention envers un ancien camarade. Bien trop préoccupée à fouiller de fond en comble les tiroirs à la recherche de je ne sais quoi. Me frottant le visage, totalement las, je terminais par vouloir faire demi-tour jusqu’à ce que mon attention se concentra de nouveau sur cette même personne, semblant être un minimum intéressée par cette âme pittoresque que suis-je. « Prendre de quoi soigner mon mal de crâne. » Avais-je simplement lâché. Rien de plus véridique, aucun mensonge n’avait émané de ma bouche cette fois-ci. « Et toi ? » M’étais-je surpris à lui demander. Pourquoi devoir continuer à jouer éternellement la comédie ?    
© 2981 12289 0



Revenir en haut Aller en bas
Passion
Peeves
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
PLUS D'INFORMATIONS
MessageSujet: Re: Lost in maze [Feat L]   Jeu 31 Mai - 22:18
Sorry, I'm lost
Les sentiments, ces choses qui nous font parfois faire des trucs totalement stupides, qui font que notre raison et notre bon sens finissent par ne plus compter. Les sentiments sont une contradiction qui vous font passer du rire aux larmes, de l’amour à la haine et bien plus encore. Et dans mon cas, mes sentiments sont une contrainte qui m’ont fait faire et je suis sûr vont encore me faire faire des choses totalement stupide et insensé actuellement mes sentiments centre une contradiction un brouillard total dans lequel je me suis perdue depuis longtemps déjà. Quand je l’ai vu rentrer dans la pièce, ma raison avait fait que je l’ai en premier lieu ignorer, mais autre chose en moi a fait que finalement, je délaisse mon occupation pour finalement lui adresser la parole et lui demander la raison de sa présence en ces lieux.

À vrai dire, au début, je ne m’attendais à aucune réponse pourquoi il m’aurait adressé la parole peut-être que ce geste qu’il a eu n’était que le coup d’un épuisement mental dû à notre dispute ou peut-être était simplement un moyen de me faire taire et de clore totalement la discussion ou plutôt la dispute que nous avions. Je hoche simplement la tête quand il me donne la raison de sa venue avant d’avoir un très léger sourire qui se forme au coin de mes lèvres et sans le regarder j’ose une petite plaisanterie « Ta petite copine te donne déjà mal au crâne ? Où est-ce plutôt une soirée trop arrosée ? » J’avais parlé tout en continuant de chercher ce que j’avais besoin pour désinfecter ma plaie et poser mes trouvailles sur la petite table « Je n'aurais pas dû dire ça » Soupirais-je en posant mon fessier sur un coin de la table où je venais de poser mon attirail, avant j'aurais simplement rit gentiment de son mal de tête sans aucune pointe d’amertume derrière.  « Moi s’est juste une lampe qui n’a pas aimer se retrouver, briser » dis-je en lui montrant ma coupure toujours sans tournée les yeux vers lui « Que veux tu, je ne suis pas douée » Avais je, simplement, dis en souriant faiblement.

Je me retrouvais quelque peu gêner de me retrouver avec lui, tellement que je reversai un peu de désinfectant à côté en soupirant un peu avant de commencer péniblement à m'occuper de ma plaie « J'ai vu qu'il y avait des cachet dans le meuble à côté de toi » Non pas que j'avais envie qu'il s'en aille rapidement, mais sa présence me mettais vraiment mal à l'aise.  Je ne savais vraiment plus comment me comporter avec lui, avec lui, je ne sais pas si je vais ressentir de la tristesse ou de la colère les seuls sentiments que je ressens en ce moment. La tristesse de voir à quel point nous nous sommes éloigner, de voir que notre si grande complicité est maintenant qu'un souvenir que malgré moi je chérissais encore.  De la colère de voir que je n'ai été qu'un jouet pour lui, que j'ai trop baissé ma garde alors que je n'aurais pas du j'aurais dû garder le contrôle, je n'aurais pas dû me laisser aller et ressentir des sentiments que je ne devrais pas ressentir à son égard.

Au bout d'un moment, je laisse mon geste en suspend alors que je commençais à couvrir ma blessure, mes dents viennent à la rencontre de ma lèvre inférieure avant que mon regard ne se porte sur lui. Un regard autant perdu que voiler de tristesse et de nostalgie, ma bouche s'ouvre pour finalement se refermer et mes yeux se ferme un instant avant que de nouveau, je les braque de nouveau sur lui cherchant un contact visuel « Dis L.... Comment en est-on arrivé là ? » Je n'avais pas fini de bander ma plaie, mais je m'en moquais en cet instant, je voulais savoir s'il pouvait m'apporter des réponses ou rassurer mes inquiétudes « A tes yeux....N'ai je jamais été que la putain de Dark ? » Je secoue doucement la tête « Pourrait-on jamais redevenir amis ? »  Je ne sais pas si c'est ce que je voulais, non, je voulais plus que ça, mais je ne pouvais être trop gourmande surtout maintenant que je savais n'avoir été qu'une distraction temporaire pour lui, je suis totalement paumé.   
© 2981 12289 0


Body Talk
You're always telling about a friend we share Please believe the moments I was there Myself to everyone Reminiscing to mark the time Missing your caress It makes me feel high again You try to take it to your face it's our love drug And this is why you raise your hands like this   Jin Akanishi - Body Talk

Revenir en haut Aller en bas
L
Peeves
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
PLUS D'INFORMATIONS
MessageSujet: Re: Lost in maze [Feat L]   Lun 11 Juin - 21:00
Is it the end?
Je la détaillais du regard sans ajouter un mot de plus. La laissant faire simplement, je continuais à observer ses moindres gestes, comme à mon habitude, comme à chaque fois. Bien que je persistais à me comporter comme un salaud à son égard, à la repousser de tout mon être parce que je ne souhaitais que son bonheur ainsi que celui de mon très cher frère, lui plus que quiconque. Je n’avais cessé de la regarder de loin. Silencieusement, je prêtais attention à elle, silencieusement je veillais à ce que Dark ne déverse trop de sa colère sur cette femme aux épaules si frêles. Bien sûr, quiconque ne le savait, et surtout pas elle. Jamais elle ne devait le savoir.

Alors que mon regard partit sur le côté, retournant à mes occupations, les mots qui émanèrent de sa bouche, formant une question, m’interrogeant sur la raison de mon mal de crâne, tout en supposant deux théories qui m’avaient l’air plus que provocatrice, me fit à nouveau poser les yeux sur elle. Je restais immobile à la regarder tout en pensant si cela avait été le fruit de la jalousie ou bien simplement par pure curiosité. Peut-être un peu des deux ? Peu importe. Alors que je m’apprêtais à ouvrir la bouche, lui souffler une réponse, je fus interrompu par sa propre personne qui regrettait ses mots à l’instant. Mes yeux la suivirent lorsqu’elle s’assit sur le rebord de la table. Pas un autre son n’émana d’entre mes lèvres. Encore une fois. Pourquoi diable devais-je autant me comporter de la sorte envers cette femme si fragile ? Pourquoi devais-je autant l’ignorer au point qu’elle finisse par me haïr ? Je savais les réponses. Oh, bien sûr que je les savais, mais pourquoi, pourquoi ?

Mes yeux s’arrondirent au moment où elle se mit à se confier à moi. À daigner répondre enfin à sa question que je lui avais retournée juste après lui avoir répondu. Une lampe lui était tombée dessus ? Pourquoi avais-je la sensation de penser de suite, que Dark s’était mis à la battre de nouveau ? Qu’il en était l’auteur de ce fait ? Il m’avait pourtant juré que jamais il ne la fera souffrir, mais pourquoi si soudainement le doute s’était-il emparé de moi ? Pourquoi doutais-je ? L’autre morveux aux cheveux décolorés m’avait quant à lui souffler d’autres paroles. Des paroles qui partaient à l’encontre de ceux de Dark. Quelle vérité croire ? Quelle vérité parmi toutes celles qu’ils s’efforçaient à me faire avaler, était celle qui m’aiderait à mettre de l’ordre dans ce foutoir ? Est-ce mon existence parmi l’au-delà qui se trouvait être de trop ?  Pourtant, il faut croire que la vouloir me faire haïr en disparaissant de son existence ne changeait en rien sa situation. N’allait-elle pas se perdre ailleurs ? Que je fasse partit de sa vie ou non, n’avait-elle pas d’autres épaules sur qui pleurer ? Un destin déjà tracé.  

J’observais la coupure qui s’était formée, encore assez profonde en constatant que l’incident s’était produit il y a peu de temps de cela. Son sourire forcé qui avait étiré faiblement ses lèvres signifiait beaucoup de choses. Alors qu’elle tentait de désinfecter sa plaie avec tant bien que mal, je ne sais ce qui me pris de m’avancer en sa direction avant de saisir le flacon entre mes doigts. Je m’emparais d’un nouveau bout de coton et déversais du liquide sur ce dernier tout en tamponnant légèrement sur sa plaie. Je soufflais légèrement tout en continuant de désinfecter afin de lui éviter trop de picotements. Je n’écoutais pas plus ce qu’elle me disait en parlant de cachet, je me concentrais uniquement sur sa peau nue  qui avait été écorchée. Quel gâchis. Personne ne méritait cela. Tiens, je me surprends de nouveau à penser que cela en est de la faute à Dark. Étrange. Très étrange. « Effectivement, tu n’es pas douée. » Avais-je simplement lâché en observant tout le liquide qui s’était éparpillé à terre, œuvre de Passion. Cela avait fait longtemps que je ne l’avais touché, approché tout court. Quelle drôle de sensation. Je dirais même que je m’en sentais presque intimidé ? Une sensation semblable à cette même première fois où j’ai posé mes mains sur elle. Sa peau mate et douce qui, à chaque fois que je caressais, me donnais tant de frissons, tant de plaisir que je ne pouvais me retenir d’explorer d’autres lieux de sa chair. Un pur et réel plaisir que nous partagions à deux.

Alors que je terminais de désinfecter sa plaie, elle commençait à recouvrir celle-ci d’un pansement. C’était drôle, mais j’avais la sensation qu’elle ne se sentait pas très à l’aise, elle non plus. On aurait dit deux enfants mal à l’aise, se retrouvant après s’être disputés. Qu’importe. Je ne fis pas plus attention à ce détail jusqu’à ce qu’il se fit du moins, plus marquant. Ses mouvements s’étaient arrêtés net et je levais les yeux en sa direction, tandis que les siens s’étaient déjà encrés dans les miens. Mon regard plongea dans ses prunelles qui m’indiquèrent combien elle se trouvait si perdue, totalement désorientée.  Qu’en était la cause ? Était-ce Dark qui la tourmentait ? Alors que je continuais à songer, à penser la raison, d’autres mots plus frappants qu’à l’habitude, émanèrent de sa bouche. Je ne pus m’empêcher de lever les sourcils à ses dires. Était-ce dont la raison qui la faisait sentir ainsi ? Était-ce pour cela qu’un malaise s’était installé entre nous ?  En étais-je réellement la cause ?

D’autres questions s’en suivirent, ne me laissant le temps de penser à quoi que ce soit, ni même me laisser le temps de reprendre mon souffle à chacune d’entre elles. J’avais la sensation que j’étouffais à l’instant, que chacun de ses mots prononcés me transperçait le cœur. C’est drôle, mais je crois bien qu’à chacune de ses questions posées, des frissons s’étaient emparés de tout mon corps. J’aurais préféré qu’elle m’injure comme à son habitude, qu’elle déverse toute sa colère, la plus grande soit-elle, sur mon unique personne, plutôt que ses interrogations. Que devrais-je lui répondre ? Que pourrais-je lui dire sans avoir à craquer, sans avoir à céder aux sentiments encore présents aujourd’hui ?  Des sentiments qui n’avaient jamais finis par s’en aller. Qu’importe le nombre de fois où j’étais parti me réfugier ailleurs, que je tentais de la répugner dans le même et unique but qu’elle ne revienne à moi, jamais une seule seconde de mon existence, ici présent, je n’avais cessé de penser à elle. L’Amour est un bien étrange sentiment. Il nous fait sentir fort et faible à la fois. Il nous transforme, nous change en meilleur ou en pire. Dans quelle case étions-nous ?

J’attrapais le morceau de bandage et le glissais entre mes doigts, le lui emparant, je bandais sa plaie sans prononcer mot. Prenant le soin de ne pas lui faire mal, je terminais par faire un petit nœud avant de reculer d’un pas. Sur une vue plus ample, je la contemplais entièrement. « Je ne peux pas te répondre Passion. » J’installe un petit silence entre nous avant de poursuivre. «  Si je le faisais avec toute honnêteté, je crois bien qu’il en serait dangereux. » La vérité n’est jamais facile à prononcer par plusieurs craintes, voilà pourquoi tant de personnes mentent, moi le premier. « Parfois, il vaut mieux ne pas se poser trop de questions. » Encore une fois je me mettais à la refouler contre mon gré. Encore combien de temps allais-je continuer ainsi ? Encore combien de temps parviendrais-je à supporter de me comporter aussi cruellement avec elle ? Si l’on me lisait, je suis persuadé qu’un grand nombre de mes lecteurs penseraient que je ne suis pas un homme, du moins un homme qui n’a pas de couille, si vous voyez ce que je veux dire. Prends ton courage à deux mains L. Dit lui les réelles raisons qui te poussent à agir ainsi. Dit lui.

« Je t’aime Passion. Je t’ai toujours aimé. Depuis le commencement. Depuis que je t’ai fait joindre à nous. Mais, vois-tu, je n’ai jamais eu le courage de te l’avouer parce que quelqu’un d’autre te convoitait déjà. » Je marque un temps d’arrêt. « Qu’importe. Tu n’as jamais été que la putain à Dark. Tu ne l’as jamais été d’ailleurs. Elles ont été des paroles en l’air. Je t’ai repoussé, j’ai fait tout en mon possible pour que tu me détestes, que tu parviennes à faire disparaître les sentiments que tu éprouves pour moi, parce que je t’aime et j’aime Dark. Cet amour quasi fraternel que j’éprouve pour lui. Jamais je ne pourrais le trahir davantage. Je m’en veux. Horriblement. » M’appuyant contre un meuble je terminais là. « On peut redevenir amis, oui. Penses-tu pouvoir me pardonner un jour ? »     
© 2981 12289 0



Revenir en haut Aller en bas
Passion
Peeves
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
PLUS D'INFORMATIONS
MessageSujet: Re: Lost in maze [Feat L]   Mar 26 Juin - 19:49
Sorry, I'm lost
Je ne m'étais du tout attendu a ce qu'il m'aide pour ma plaie, mais je ne l'en avait aucunement empêché savourant se faible contact, mais cela faisait tellement longtemps que cela m'avais donné l'impression que c'était la première fois qu'il me touche. Pourtant, je n'avais jamais oublié aucune de ses caresses de ses baisers. Je n'ai jamais rien oublier des sensation qu'il m'avait fait ressentir à chacune de nos rencontres. Ma bouche s'était ouverte pour l'assaillir de questions, je ne lui laissais même pas le temps de répondre que je continuais. C'était comme ci, je ne le faisais pas, il ne me laisserait pas le temps de le faire ou bien écourterait la conversation. J'avais besoin de lui faire par de mes doutes, de mes craintes, j'en avais tellement, mais elle tournait principalement autour de lui, de nous. Un silence, je commençais à être habitué a cela entre nous, mais cela me faisait plus de mal que de bien. Alors qu'il terminait de bander ma plaie, mon regard restait sur ses mains jusqu'à ce qu'il s'éloigne, c'est alors que mon regard se braqua sur sa personne tout entière. Je soupire quand il me répond qu'il ne peut me répondre, je retiens un commentaire, je commence à avoir l'habitude de n'avoir aucune réponse de sa part, ou tout du moins aucune réponse qui me satisfait vraiment. Et les mots qui sortent de sa bouche par la suite ne sont guère mieux. Je passe une main dans mes cheveux les décoiffant légèrement « Sauf que tu sais que ce n'est pas comme ça que je fonctionne L, j'ai besoin de réponse » Ai-je simplement lâcher et dire que j'étais blessé ou même frustré par tout cela était un assez gros euphémisme.

Je n'aurais aucune réponse, c'est la seule chose que je pensais en cet instant. Pourquoi les choses étaient-elles aussi compliquées ? Je m'étais redressé pour ranger mon bordel, quand sa voix se fait entendre et mes mouvements ce stop net, est-ce une blague ? Il m'aime et ma toujours aimer ? Je secoue légèrement la tête non, je ne voulais pas croire cela, il me mentait pour mieux me blesser une nouvelle fois. Mais mon regard sur lui me faisait comprendre que non, cette fois, il ne jouait pas. Cette fois, il avait décidé de jouer cartes sur table et je secouais la tête légèrement incrédule. « Dites moi que je rêve » Avais-je simplement murmurer plus pour moi-même que pour lui. Mais il me donnait les réponses que j'attendais. Même si je n'arrivais pas à y croire totalement. Une fois qu'il eu fini, je gardai un long moment le silence.

Je me suis de nouveau assis sur le lit de l'infirmerie et un petit rire amer franchit mes lèvres. Depuis ce soir-là, lord de notre dernière nuit à la piscine, j'essaie de me faire à l'idée que je n'étais qu'un vulgaire jouet pour lui.  Qu'à ses yeux, je n'étais que la putain de Dark avec qui le temps de quelque étreinte avait partager plus que de simple confidence amicale. Maintenant il m'aime depuis tout ce temps ? Je ne sais pas si cela doit me faire sentir mieux ou plus mal que je ne l'étais. Mon regard se brouille par des larmes que je retiens, mais je le regarde essayant de chercher le signe qu'il me mentait, mais non, il était sérieux « Tu as garder ça tout ce temps pour toi ? » Ai-je bêtement demandé, moi, je me suis rendu compte de mes sentiments pour lui plus tard que cela et je me plein « On se confiais beaucoup de choses à cette époque L, mais on dirait que les sentiments n'en font pas partit. »  J'avais vraiment du mal à digérer le fait que tout aurait peut-être été différent.. Enfin peut-être

En silence, je me suis rapproché de lui, un long moment, je l'ai regardé sans ouvrir la bouche et mes larmes on couler d'elles même alors que faiblement comme si toute force avait été aspirer de mon être, je lui donnais un coup sur son torse. Je savais que je ne pouvais lu faire mal alors un autre a suivi. « Pourquoi tu m'as fait croire que j'étais rien pour toi » un autre coup « Tu sais ce que ça m'a fait ? » Alors que mes petits poings continuaient de le frapper, mes larmes coulaient encore et encore jusqu'à que mon front se pose simplement contre son épaule.

Me calmant petit à petit, je n'osais le regarder « Dark passera toujours avant n'est ce pas ? » C'était plus une affirmation qu'une vraie question, je le savais quelque part. J'étais l'intruse entre eux et je ne pouvais rivaliser avec le lien qui les unissait et je n'en avais pas la prétention. « Tu sais, je comprends tout ce que tu me dis L » Mon regard encore brillant se plonge finalement dans le siens « Mais je t'aime » Je soupire « Je t'aime et je ne peux pas effacer mes sentiments comme ça et ce n'est pas en faisant en sorte que je te déteste ou t'éloigner de moi qu'ils vont disparaître. » Je hausse les épaules et ose un petit sourire « Je ne suis vraiment pas douer » Mes larmes coulant de nouveau, mais mon sourire reste coller à mes lèvres « Tomber amoureuses du meilleur ami de son copain, je ne suis vraiment pas doué. » Je secoue légèrement pas tête « Te pardonner de quoi ? De m'avoir fait croire qu'on à jamais rien été ? De m'aimer ? » Je hausse les épaules « Ai-je vraiment quoi que ce soit à te pardonner L ? Ne suis-je pas celle qui devrait le faire ? Je t'aime, j'ai réveillé chez mon copain un côté sombre en le blessant encore et encore en allant dans d'autres bras. Tu n'as rien à te faire pardonner de moi. »
Je lui caresse la joue, je n'aurais pas dû avoir ce geste avec ce qu'il m'avait dit. Mais je ne franchissais aucune limite non ? Je résistais à l'envi de l'embrasser. Goûter de nouveau au fruit défendu alors je fermais les yeux et soupirais un bon coup « Je ne te demande que deux choses L » Bien que dans le fond, je savais que je ne pourrais pas m'y tenir « Ne t'éloigne plus comme ça, tu étais...Tu es mon ami et j'ai quand même besoin de toi, c'est parce que quelque part que savais que j'avais perdu mon ami que j'ai laissé Never prendre ta place et qu'il est devenu comme une béquille pour moi » Oui, je n'osais plus vraiment confier quoi que ce soit a cet homme depuis que nos corps s'étaient rencontré et Never a vite été là pour le remplacer et m'est devenu indispensable pour avancer « Deuxièmement..Je vais te faire une demande très égoïste, mais j'en ai besoin » Je retire ma main de sa joue «  Accorde moi un baiser L, comme au revoir a nos sentiments, c'est égoïste, mais j'en ai besoin » Je ri légèrement, je ne savais pas si je pourrais me contenter de cela, mais je ne pouvais le contraindre à plus que cela, ce serait vraiment cruel de ma part. « Je sais que je suis horrible de demander cela, mais tu me connais je suis comme ça » je n'osais le regarder attendant simplement un refus de sa part, me retenant de l'embrasser moi-même.
© 2981 12289 0


Body Talk
You're always telling about a friend we share Please believe the moments I was there Myself to everyone Reminiscing to mark the time Missing your caress It makes me feel high again You try to take it to your face it's our love drug And this is why you raise your hands like this   Jin Akanishi - Body Talk

Revenir en haut Aller en bas
L
Peeves
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
PLUS D'INFORMATIONS
MessageSujet: Re: Lost in maze [Feat L]   Lun 15 Oct - 19:47
I miss the old time
Avez-vous déjà songé à perdre quelqu’un ? Quelqu’un que vous aimez, quelqu’un que vous chérissez à un tel point que lorsque le moment venu, plus aucune peur ne peut vous atteindre, excepté celle de voir votre partenaire disparaitre sous vos yeux ? Comment réagiriez-vous ? À quel point seriez-vous atteint ?

Je ne sais pourquoi cela m’avait traversé l’esprit. Pourquoi, soudainement,  je songeais ainsi. Avais-je de nouveaux des remords qui me rongeaient ? Peut-être bien, si je pensais ainsi il devait y avoir quelque part, une certaine part de vérité. Mais, étrangement, contrairement à mes habitudes, ce même visage n’apparaissait pas dans mon esprit, ces mêmes traits avaient disparus. Non, il ne s’agissait pas de la même personne, mais le visage d’un autre que je connaissais parfaitement, avait pris place. Ce visage que j’observais chaque matin au réveil, ce visage que je ne supportais plus de voir à mesure du temps. Ce visage autre que le mien, commençait péniblement à douter. Étais-je égoïste de penser ainsi le temps d’un instant, le temps que nous nous trouvions seuls dans cette pièce isolée, à l’abri des regards ? Je n’avais songé une seule fois à Dark, dans ces propos qui s’étaient ensuivis, je n’avais songé qu’à moi. Pour la première fois depuis un temps, seuls mes sentiments comptaient.

L’ayant écouté sans ne l’avoir interrompu une seule fois, je la laissais s’exprimer au grand jour. Elle aurait pu m’en mettre plein à la figure, je m’en contrefichais, je ne me serais débattus comme je l’avais toujours fait. Je n’aurais cherché d’excuse, parce que mon âme toute entière n’en pouvait plus. Il ne s’agissait pas d’être égoïste ou de trahison, il s’agissait simplement d’honnêteté envers soi-même.

J’avais été bien lâche jusqu’à présent. Ce n’est pas parce que nous nous dévoilons qu’il est inévitable que nous franchissions la ligne. Passion avait été honnête avec moi, ce jour-là, aujourd’hui, je pense que je me dois être tout aussi honnête envers elle, et envers mes sentiments. Peut-être, ainsi, me sentirais-je mieux après. Peut-être, ainsi, mon âme toute entière pourra réellement reposer en paix.  Et peut-être qu’ainsi, pourrais-je mieux la laisser s’en aller. Certainement.

Je n’avais bougé d’un cil jusqu’à ce qu’elle termine, jusqu’à ce que son souffle s’éteigne dans cette faveur qu’elle me pria. Lui offrir un baiser, un seul et dernier, certainement celui qui marquera la fin de cette poursuite inlassable à laquelle nous nous étions adonnés. Cette sorte d’attraction qui jamais ne nous avait quittés malgré nos nombreuses disputes, les instants innombrables durant lesquels nous nous sommes haïs. Peut-être disparaitra-t-elle définitivement dans les jours à venir. Était-ce vraiment ce dont j’avais envie ? Que nous devenions étrangers à ce que nous étions jusqu’à aujourd’hui. Avais-je déjà pensé une seule fois à la perdre définitivement ?

Sans même songer davantage, mes yeux se déportèrent sur le côté, le temps d’un bref instant avant qu’ils ne viennent à nouveau se poser sur sa personne. Plus rien ne comptait hormis nous, et sans la faire patienter davantage, je m’approchais à petit pas avant de déposer mes mains sur chacune de ses épaules. Nos visages à plus seulement que quelques centimètres, l’un de l’autre, je laissais mon regard se perdre dans le sien un bref instant, avant de fermer les yeux et laisser défiler tous les souvenirs du passé. Ceux qui m’ont fait sourire, ceux qui m’ont blessé, ceux qui me sont chers.

Sans hésiter, mon corps se rapprochait du sien, allant à sa rencontre, mon visage se positionna face à celui de la jeune femme, et sans ouvrir une seule fois les paupières, je me penchais encore un peu, suffisamment jusqu’à sentir son souffle sur ma peau. À sa hauteur, mes lèvres se déposèrent lentement sur les siennes, et nous nous embrassions. Mes lèvres se mouvaient contre les siennes, donnant plus de rythme tout en gardant une certaine douceur à ce baiser. C’est drôle, mais j’avais la sensation qu’il fut notre tout premier baiser, notre premier échange, premier contact. Comme si nous dévoilions nos sentiments l’un à l’autre pour la toute première fois. « Je t’aime. » Révélation. « Je t’aime et t’ai toujours aimé Passion. » Qu’importe que tu lui sois sienne, qu’importe combien tu lui es cher, je ne parviens pas à t’effacer de ma mémoire. Elle restait ancrée en moi, indéfiniment. « Pardonne-moi. » Avais-je fini par la repousser doucement sans la brusquer.

PS:
 
© 2981 12289 0



Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

PLUS D'INFORMATIONS
MessageSujet: Re: Lost in maze [Feat L]   
Revenir en haut Aller en bas
 
Lost in maze [Feat L]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ∆ lost and insecure
» SCARLET-ROSE + I believe I believe you could love me but you're lost on a road to misery
» L'ABBE PIERRE
» You, alive ? Haha. Ϟ feat. Eun Ae
» Un p'tit coup vite fait, bien fait [PV: Jessica StJames feat Yitzhak Anavim]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THAT'S THE SPIRIT! :: Basement :: Infirmerie-
Sauter vers: